Jean Michel Truong – Eternity Express

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Michel Truong – Eternity Express

Message  Seska le Lun 5 Mar 2012 - 17:19



Jean Michel Truong – Eternity Express

En l'espace de trois romans et d'un essai, Jean-Michel Truong est parvenu à se poser en maître incontesté ès pires cauchemars de l'humanité. Qu'il interroge, loin devant la meute, la question du clonage (Reproduction interdite), qu'il s'inquiète du devenir de la conscience humaine face à l'expansion croissante des agents logiciels (Le Successeur de pierre), le romancier incarne à lui seul le dernier soubresaut de l'esprit critique avant la catastrophe finale. Difficile pourtant d'asseoir sa renommée éditoriale auprès du grand public en criant à chaque fois au loup, filon ante ou post-apocalyptique dont on peut penser à bon droit qu'il finira, à force de sollicitations littéraires, par s'éteindre. Ce serait sans compter avec le talent et l'imagination d'un auteur qui ne recule devant aucun abîme, toujours prêt à affronter le pire afin de nous secouer.

Et quoi de mieux qu'un train pour tirer le signal d'alarme ? Un TGV à peine futuriste qui traverse l'Europe à l'aube des années 2000 pour emmener en Chine, dans une ville utopique, Clifford Estates, où ils vont vivre leurs derniers instants, une cohorte de vieillards dont les enfants ne peuvent plus assumer la prise en charge financière. C'est que les temps sont durs pour tout le monde, a fortiori pour une Union européenne qui sort exsangue de répétitives crises, à la fois économique et démographique. Malgré le miroir aux alouettes de l'Eternity Rush, start-up prétendant palier dégénérescence et vieillissement qui a précipité le crash boursier de la net-économie (on retrouve au passage certaines des audacieuses thèses de Totalement inhumaine), les papyboomers de la "Bubble-Generation" ne peuvent plus trouver leur salut que dans l'exil. Témoin privilégié de ce voyage hors du commun vers un paradis dont on pressent d'emblée qu'il constitue surtout une antichambre de l'enfer, le docteur Jonathan Bronstein est la taupe du lecteur – qu'il renseigne et manipule, of course.

Avec ce thriller corrosif et décapant, Jean-Michel Truong pousse à son extrémité logique le délire de la rationalité et de la productivité étendue au domaine même de la vie, et nous livre, en nous présentant les circonvolutions politiques d'une Chine qu'il connaît par cœur, le chant du cygne d'une génération excédentaire désavouée par les statistiques et les courbes de croissance. Un roman qui surprend moins (que les précédents) par sa chute mais qui joue avec une habileté consommée de la confusion entre subjectivité et objectivité pour, toute "tradition chrétienne et humaniste de l´Europe" abolie, nous mettre au pied du mur de nos hantises ataviques.

Mon avis :

Bluffée ! Vraiment Bluffée !!! Comme avec « Reproduction Interdite » une fois commencé je n’ai pas pu le lâcher avec de l’avoir finit !! Je doute de tenir le coup encore longtemps avec des livres pareils ! Heureusement il n’a écrit que 4 livres (j’attends avec impatience celui que j’ai réservé à la bibliothèque ce week end : « Le successeur de Pierre » quand au 4ème je ne sais pas…).

Que dire de ce roman ?

Tout au long du voyage nous passons du présent au passé et prenons connaissance non seulement des pans de vie du héros, le docteur Jonathan Bronstein (docteur certes, mais plus tourné vers la productivité que l’humanitaire…) et de son protecteur et ami « Monsieur Ho » (que je qualifierai de grand mafieux chinois devant l’éternel…) mais aussi de ce qui s’est passé dans le monde qui a entrainé les gouvernements européens à exclure de droit de vote les séniors et à les exiler en Chine.

Les gouvernements par de savants calculs ont estimés à une certaine somme le reste à vivre des personnes âgées. Ces personnes coutant cher, en soins, en retraites, etc, la solution la plus simple est de les exiler en Chine dans une ville de Seniors où niveau de vie oblige le même montant d’argent n’équivaut pas au même niveau de vie. Les personnes âgées confient donc le « forfait » qui leur a été alloué à la société qui gère ce village afin qu’il soit investit et que cela leur permette de vivre sereinement et dans les meilleures conditions possible leur dernières années de vie.

La situation : un chaos !

Non seulement au niveau économique la chute de grandes sociétés et de plusieurs bulles (dont la dernière de l’Eternity Rush vaste utopie promettant aux personnes âgées le rajeunissement et une vieillesse longue en pleine forme et sans maladie a été une grande fumisterie, ruinant ses principaux investisseurs : les séniors). Cette dernière crise a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’une société exsangue qui me parait un véritable enfer !

Les éleveurs font naitre des animaux dans des conditions atroces sans avoir de la place et de quoi leur donner à manger tout cela pour recevoir des aides importantes du gouvernement, les cadavres des bêtes abattues, et pas seulement elles mais tous les déchets, sont envoyés pour « traitement » dans des pays en voie de développement, à la demande d’écologistes qui ne souhaitaient plus qu’ils soient enterrés dans leur pays. Mais ces derniers se rendent alors compte, trop tard, qu’ils ne maitrisent plus ces retraitements, et que la pollution qu’ils souhaitaient contenir est en train de devenir incontrôlable… et contamine peu à peu toute la planète…

Le chômage a atteint des sommets astronomiques, et il est hors de question que les séniors rendus responsables de la plupart des problèmes « volent » en plus les emplois des jeunes. Et les voilà dans un train vers une destination que personne ne connait réellement… (cela ne vous évoque rien ??? si ? ben lisez !!!).pale

Et pour résoudre le problème des séniors, les gouvernements utilisent la même solution que pour les déchets, la délocalisation vers un autre pays (ici la Chine). Ce sera à ce dernier de traiter et résoudre le problème…

Ce livre est d’un cynisme effrayant mais en même temps, au vu de l’histoire passée de l’humanité, pas si irréaliste que ça... Et la fin du roman !!! Fin qui tout le long de l’histoire est petit à petit annoncée mais que l’on ne peut pas croire, choque tout de même et l’on ne peut s’empêcher de penser, « et si…. ».

La critique négative que j’aurai tout de même de ce roman est qu’il est parfois difficile de passer de l’histoire de Jonathan à l’histoire en général, puis au présent dans ce milieu clos, où les divers personnages ayant pris ce TGV reforment rapidement une mini société identique à celle qu’ils viennent de quitter. Personnages que j’aurai aimés un peu plus « étoffés ».

La encore, comme pour « Reproduction Interdite » une société qui sans être post-apocalyptique s’en approche fortement…

Encore une fois, déprimées s’abstenir !!!



Seska
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 686
Date d'inscription : 03/10/2011
Age : 47
Localisation : France
Humeur : Variable

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum