Hate to Love de Penelope Douglas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hate to Love de Penelope Douglas

Message  Julie-Ambre le Ven 28 Juil 2017 - 4:42

Hate to Love
de Penelope Douglas

Titre VO : Punk 57



VO:

Résumé

Ils étaient faits l’un pour l’autre… jusqu’au jour où ils se sont rencontrés

Depuis plus de sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres. Des lettres dans lesquelles ils se racontent, se livrent, se soutiennent. Une seule règle : ne jamais chercher à se rencontrer. Un interdit qui a convenu à Misha pendant toutes ces années. Il n’a pas besoin de connaître le visage de Ryen pour qu’elle soit sa muse, son inspiration, celle pour qui il écrit ses chansons et, quelque part, son âme sœur. Mais, un soir, il croise une jeune fille dont les goûts excentriques se rapprochent un peu trop de ceux que Ryen lui a décrits dans ses lettres pour que ce soit une coïncidence… Et alors, face à cette jeune fille d’une beauté solaire, renversante, Misha n’a aucun doute  : il sait que c’est elle. Maintenant, impossible de résister, il doit s’approcher. Quitte à ne jamais révéler à Ryen qui il est vraiment. Et quitte à découvrir une Ryen bien différente de l’idéal qu’il s’était imaginé…  

Sortie en France prévue le 2 novembre 2017 chez Harlequin
Collection &H

_________________
avatar
Julie-Ambre
Lady Administratrice

Messages : 9813
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Entre Montréal et le ciel du Nord
Humeur : Busy like a bee...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hate to Love de Penelope Douglas

Message  Julie-Ambre le Sam 16 Sep 2017 - 18:11

Ajout de la couverture !

_________________
avatar
Julie-Ambre
Lady Administratrice

Messages : 9813
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Entre Montréal et le ciel du Nord
Humeur : Busy like a bee...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hate to Love de Penelope Douglas

Message  Zazazoo le Dim 5 Nov 2017 - 18:03

Ce roman me faisait de l’œil, d'une part en raison de sa couverture colorée et son titre énigmatique, mais aussi et surtout au vu du résumé. J'ai une affection toute particulière pour les romances épistolaires, et pour les histoires où des amis de longue date finissent par découvrir l'ampleur des sentiments qu'ils ont l'un envers l'autre.

Bon je dois dire que pour l'aspect épistolaire je suis carrément restée sur ma faim car on ne voit que très peu de ces sept ans d'échanges, puisque le récit se déroule au cours des derniers mois de lycée de Ryen. Pour ce qui est du friends-to-lovers, on va dire que c'est un peu plus compliqué ici, disons plutôt qu'en raison de certaines circonstances on donne plutôt dans le 'hate to love' (d'où le titre français, qu'au passage, je trouve bien trop banal au regard du sens accordé au titre VO).

Je n'ai pas du tout accroché avec le personnage féminin, bien qu'elle ait des circonstances atténuantes (et encore), je n'ai vraiment, vraiment pas apprécié sa façon de se comporter avec les autres. Elle est méchante, odieuse et calculatrice, une vraie garce, même si bien sûr, elle présente un tout autre visage au fond d'elle-même. Malgré tout, son comportement n'est pas excusable, et elle ne vaut finalement pas mieux que la clique de Trent et Lyla, dans une certaine mesure.

En revanche, j'ai été beaucoup sensible au personnage de Misha. Un jeune homme intense, à fleur de peau, dont la souffrance et la rage sont palpables. J'ai aimé ses mots, la noirceur et la mélancolie un peu tragique qu'il dégage et exprime  travers ses mots, j'ai aimé aussi sa méchanceté, curieusement. Il sait viser là où ça fait mal, et il le fait bien !

Pour les curieuses, sachez qu'il y a un lien entre ce roman et le précédent livre de cet auteur publié chez &H (Dark romance) et d'une autre façon, là aussi certains personnages agissent en toute impunité. J'avoue que ces romans avec ces sales gosses tout puissants régnant en maîtres dans leur bahut m'énerve et me révolte profondément.

Je regrette aussi que Penelope Douglas en fasse trop, la plupart des personnages sont stéréotypés, chaque personnage secondaire représente un cliché des romans/films/séries se déroulant au lycée et hormis JD, tous se coulent dans un moule dont ils ne sortent pas. Après, je suis peut-être vieux jeu, mais je trouve aussi que les protagonistes sont bien jeunes pour agir comme ils le font, je ne sais pas, je n'ai pas l'impression qu'ils agissent toujours comme des 'gosses' de 18 ans, et j'avoue que ce comportement d'adulte VS le contexte du lycée me semble vraiment peu compatible.

Finalement, ce que j'ai préféré dans ce livre, ce sont les mots de Misha, cette noirceur dont je parlais plus haut, ce mystère un peu ténébreux qui entoure le jeune homme.

Le roman est écrit d'une telle façon qu'on ne peut s'empêcher de tourner les pages, de savoir ce qui va se passer, et l'alternance des POV fait qu'on n'en perd pas une miette, qu'on est en possession de certaines informations que l'autre personnage ne détient pas, ce qui donne un peu de piment à l'affaire, parce qu'on est parfois sur les charbons ardents, à attendre que l'autre sache. Pour terminer, je dois dire que j'ai beaucoup aimé la partie de l'intrigue en rapport avec le titre du livre en VO, et encore plus par le dénouement de cette intrigue, et surtout de la façon dont cela se passe.

♥️ ♥️ ♥️/5
avatar
Zazazoo
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 10720
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 33
Humeur : Hopeless romantic with a dirty mind ♥

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hate to Love de Penelope Douglas

Message  Isatis le Dim 5 Nov 2017 - 18:12

J'ai lu ce roman il ya maintenant plusieurs mois et ce qui est dingue, c'est que mes souvenirs sont encore assez frais (alors que d'habitude , j'ai une mémoire de poisson rouge). C'est paradoxal car je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre (pas détesté non plus cependant), je pense que cela doit simplement être lié au côté un peu "too much" de la plume de l'auteur.

Voici un livre qui a éveillé en moi des sensations très étranges, dès que j'ai commencé ce roman (qui se lit très vite), je savais que j'allais être dans l'obligation de le terminer  même si certains aspects  et choix de l'auteur m'ont hérissé le poil.
Je ne suis vraiment pas friande des YA mais le résumé et la couverture m'ont intriguée et je me suis laissée tenter. D'ailleurs, je trouve que le choix du titre de la VF est déplorable et d'une banalité affligeante...

J'ai beaucoup aimé comment l'histoire démarre, cette idée de deux gamins qui se lient d'amitié par lettres interposées jusqu'à éprouver des sentiments très forts  que la réalité viendra  souiller. La relation si particulière qui se tisse entre les deux héros est aussi bien traitée: ils naviguent en eaux troubles, entre attirance et répulsion. L'auteur a aussi inséré plusieurs "couches" à son récit, ce qui renforce son côté addictif: elle nous réserve en effet quelques twists et même si ces derniers restent prévisibles, cela m'a tenu en haleine. J'ai notamment beaucoup aimé tout ce qui se cache derrière le titre du livre, je n'en dirai pas plus...

Ryen est une héroïne a multiples facettes certes, mais elle n'en demeure pas moins détestable...le genre de fille que l'on a envie de baffer et de remettre à sa place tant sa façon de traiter les autres nous révolte. Alors oui, derrière cette façade se cache une toute autre réalité. Ryen n'est pas ce qu'elle prétend être, ses actions ne sont pas de la méchanceté gratuite et sont dictées par une toute autre raison, mais je n'ai pu lui pardonner son attitude malgré tout. Alors j'ai bien essayé de lui trouver des circonstances atténuantes, c'est vrai qu'elle est très jeune, mais rien à faire... je ne me suis pas attachée à elle.
Misha lui est un personnage assez intense, mystérieux, j'ai adoré voir ce bad boy débarquer pour calmer les abrutis qui sévissent dans le lycée de Ryen.  Ce n'est pas simplement cette fille qui le pousse à jouer le rôle du nouvel élève ténébreux et là, je dois dire que je suis restée sur ma faim :
Spoiler:
j'attendais des explications bien plus poussées d'un certain personnage vu la gravité des faits.

Finalement ce que je reproche à Penelope Douglas, c'est son manque de subtilités, de vouloir en faire trop parfois et de tomber dans l'excès. Je pense par exemple à ces lycéens aux traits si caricaturaux ( notamment le fameux sportif canon, arrogant mais con comme un manche à balai et j'en passe) ; à ce lycée étrange où j'ai eu l'impression que les gamins faisaient ce qu'ils voulaient et pouvaient harceler en toute impunité (mais bon sang que font les adultes et où sont-ils?) ; ces rebondissements un peu WTF ? (et je repense à celui lié au manche à balai) ; et même à une certaine scène de sexe (je ne suis pas prude mais bon vu l'âge des héros, bon...pour la défense de l'auteur, je peux avoir mal compris, c'est possible).

Le YA n'est définitivement pas plus un genre pour moi, et je pense que je ne retenterai pas l'expérience. Mais malgré les défauts soulevés et mon ressenti mitigé, j'ai lu ce livre d'une traite  et je suis persuadée qu'il plaira à certaines.

/5

_________________

“I used to be an angry, lonely prick. Then I met a guy with four amazing kids and more issues than the Sports Illustrated back catalog and boom—happiness.”  “Boom, happiness?”  “Okay, boom. Boom. More booms. A mushroom cloud. Then happiness.” Cherish, Tere Michaels
avatar
Isatis
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 8189
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 37
Localisation : Le Sud!!!
Humeur : Evan & Matt addict ♥

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hate to Love de Penelope Douglas

Message  Luxnbooks le Dim 12 Nov 2017 - 19:35

Étant toutes les deux ravies de la sortie du nouveau roman de Penelope Douglas, nous avons décidé avec ma copine @fanbooks76 de nous lancer dans une lecture commune, il nous semblait évident que ce roman avait tout pour plaire. Les avis étant plutôt élogieux nous partions confiantes et bien que ma lecture fut fluide, on peut dire que du côté de mon binôme les choses ont été un peu plus compliqué. Je trouve intéressant d’avoir deux points de vue opposés pour cette lecture et même si de mon côté le style m’a tout de suite séduite, je rejoins son ressenti sur plusieurs points, mais pas au point d’abandonner totalement cette lecture.
 Depuis sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres, ce qui n’était à la base qu’un projet scolaire s’est rapidement transformée en solide amitié. Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés, ils sont l’un pour l’autre un confident important et à leur manière ils se soutiennent, se conseillent, s’écoutent et leur relation est bien plus profonde qu’une simple amitié. Chacun aime s’imaginer l’autre, mais la peur les empêche de franchir le cap. Un soir alors que son groupe organise une soirée, une jeune fille lui rappelle étrangement Ryen et il ne fait aucun doute que la jeune femme puisse être sa correspondante, pourtant malgré les années à discuter Misha a en face de lui une parfaite inconnue qui est loin de correspondre à l’idée qu’il en avait d’elle.
 Il y a des romans qui pendant la lecture vous font passer un moment excellent, les pages tournent toutes seules et l’histoire vous captivent. Pourtant après une bonne nuit de sommeil et une analyse un peu poussée, les premiers défauts font leur apparition et malgré la plume entraînante, le sujet n’est pas totalement en accord avec vos principes. C’est un peu ce qui s’est passé avec cette histoire, je l’ai dévoré en un après-midi et lorsque j’ai commencé à écrire cette chronique, j’ai réalisé que beaucoup d’aspects m’avaient interpellé.
 A commencer par l’aspect épistolaire qui n’est pas autant au centre de l’histoire que le laissait présager le résumé. Mais l’aspect le plus agaçant est pour moi le comportement insupportable de Ryen, je sais qu’elle considère qu’elle a des circonstances atténuantes, mais même si elle regrette son comportement ça n’arrange pas tout. J’ai rarement autant été énervé par une héroïne mais clairement, elle est à mettre dans le même sac que ses « amis » qu’elle a en horreur. Je trouve ça inacceptable de s’en prendre à plus faible que ça, tout ça parce que son statut lui permet. A mon sens, rien n’explique son comportement nombriliste et malgré certains aspects cruels, c’est bien la première fois que je trouve que c’est mérité et ça me fait culpabiliser d’accepter ça.
 Misha de son côté est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, j’ai immédiatement apprécié son côté sensible et la manière dont il s’évadait dans les mots que ce soit dans les lettres ou ses chansons m’ont beaucoup attendri. Au fil des pages une certaine noirceur va se dégager de son personnage et on va découvrir un nouvel aspect de sa personnalité, cette dureté n’est pas toujours compréhensible, mais lorsque les révélations vont progressivement se faire, on va lui pardonner beaucoup plus de chose qu’à Ryen, car il reste désintéressé.
 Et bien évidemment les dialogues dignes d’un porno alors qu’ils sont lycéens ce qui décrédibilise l’histoire, car aucun adolescent n’agit comme ça. Sans compter cette autonomie assez improbable sur les sorties nocturnes jusqu’à pas d’heures, les invités surprises qui entrent et sortent dans la maison familiale sans que l’autorité parentale n’en voit rien. Ce qui est étonnant c’est qu’on aurait très bien pu avoir des personnages plus âgés et s’éloigner un peu du cadre scolaire. Après j’exagère un peu, mais vous verrez globalement où je veux en venir si vous le lisez. De manière générale si on ne s’attarde pas sur les détails pendant la lecture et j’ai passé un bon moment lorsque j’étais immergé dans l’histoire. Le récit reste addictif et l’intrigue bien menée.

♥️ ♥️ ♥️ /5
avatar
Luxnbooks
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 1283
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 27

http://luxnbooks.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum