Les raisins de la colère John Steinbeck

Aller en bas

Les raisins de la colère John Steinbeck Empty Les raisins de la colère John Steinbeck

Message  Invité le Ven 19 Fév 2016 - 20:01

Les raisins de la colère John Steinbeck
Les raisins de la colère John Steinbeck 9782070360833
Editeur : Gallimard 1972

Résumé :

Le soleil se leva derrière eux, et alors... Brusquement, ils découvrirent à leurs pieds l'immense vallée. Al freina violemment et s'arrêta en plein milieu de la route.- Nom de Dieu ! Regardez ! s'écria-t-il.Les vignobles, les vergers, la grande vallée plate, verte et resplendissante, les longues files d'arbres fruitiers et les fermes. Et Pa dit : - Dieu tout-puissant ! ... J'aurais jamais cru que ça pouvait exister, un pays aussi beau.

Mon Avis :

Les raisins de la colère de John Steinbeck ont reçu le prestigieux prix Pulitzer et le prix Nobel de la littérature, en 1962, ce roman historique est devenu un classique de la littérature américaine et mondiale quoiqu'il fût interdit à sa sortie dans plusieurs villes de Californie...

L' adaptation d'un film et une chanson (The ghost of Tom Joad Bruce Springsteen en 1995) on était réalisé en hommage à ce chef-d'oeuvre de la littérature américaine.


Le récit se passe durant la grande dépression des années 1930, après la crise boursière de 1929 à Sallisaw un patelin pauvre de la campagne d'Amérique profonde en Oklahoma, dont les terres ne sont plus fertiles à cause des sécheresses consécutives du (Dust Bowl) tempête de poussière et le bouleversement de la crise économique.
Des milliers de familles de métayers sont alors expulsées et chassées de leurs terres et leurs maisons détruites, se retrouvent du jour au lendemain sur les routes à la recherche d'un travail et leur dignité pour survivre. 

Et comme beaucoup d'autres familles de fermiers dans la même situation dramatique et poignante, la famille Joad désespérée, font partie des victimes de la grande dépression. 
Forcer la mort dans l'âme de quitter la seule vie qu'ils ont connue depuis des générations ruinées par la sécheresse et les banques, ils fondent tous leurs espoirs sur la terre promise de l'Ouest, la Californie route 66, avec femme et enfants pour l'eldorado, commence alors pour eux un cauchemardesque et une longue descente en enfer d'un road trip à travers les USA .

Le roman commence à partir du moment où Tom Joad le fils de la famille sort de prison après quatre ans pour un homicide involontaire, sur la route le menant chez lui il croise en chemin, Jim Casy un ex-pasteur qui l'a autrefois baptisé tout en se dirigeant vers la maison de Tom, ils se confient l'un à l'autre.

Spoiler:
Jim Casy et son obsession pour le sexe qui lui a fait perdre peu à peu la foi, et Tom lui parle de son crime envers le prétendant de sa sœur qui l'avait agressé en état d'abriter avec un coteau.

 Arriver chez lui accompagner de l'ex-pasteur, il est sous le choc sa famille a disparu et les voisins aussi, sa maison déserte est délabrée comme beaucoup d'autres, leur puits sec et bouché la cour a disparu sous les cultures de coton et les champs alentour qui ne sont pas à l'abandon, sont remplacés par des machines à la place des hommes, avec comme fond de bruit sourd le soufflement chaud du vent !

Tout d'un coup leur apparaît un ancien voisin qui vit en ermite et se nourrissant de braconnage, il leur raconte alors comment les pauvres gens, la famille Joad, comme tous les fermiers de la région, furent expulsés impitoyablement de leurs terres par des hommes armés et comment des hommes en tracteurs se  lancent sur les fermes des métayers pour les détruire, Casy et Tom reprennent la route, en quête de la famille Joad qu'ils trouvent chez son oncle John lui aussi dans la même situation.

L'ensemble de la famille Joad au grand complet :
Man, la mère de Tom et le pilier de cette famille, Pa le père de Tom, Noah le frère aîné de Tom Al le cadet, les deux petits derniers de la famille Ruthie et Winfield, le grand-père, la grand-mère, l’Oncle John, Rosasharn une jolie jeune femme enceinte de dix-neuf ans et son mari Connie Rivers, toute cette belle tribu prennent la route du départ et acceptent généreusement le pasteur parmi eux comme un membre de la famille, ils décident de partir tous ensemble vers l’ouest, et leur ami et ex-prêtre Jim Casy sent comme un devoir de partir avec eux pour les rassurer et les encourager dans les épreuves, et Tom aussi, bien qu'il est assigné à résidence, il passe outre cet interdit, sa famille passe avant tout.

Spoiler:
À la dernière minute le grand-père décrète soudainement qu'il refuse de quitter sa terre, pour ne pas le blesser en le forçant à monter dans la camionnette sa famille le drogue et l'emmène endormi.

Entassant leurs maigres possessions, de vivre dans un vieux camion branlant, ils prennent tous la route de l'exode vers la terre promise, car parallèlement à leur malheur circulent des prospectus promettant du travail en Californie couverte d'oranges et de vignes, qui ne demande qu'à être cueillies, mais avant d'arriver à ce paradis terrestre, ils doivent traverser le Texas, le Nevada et son désert la montagne du Colorado....

Leur amer et long périple vers la Californie terre fertile et abondante au paysage de rêve et où les orangers abondent sera dur et triste, leur grand-père meurt d’une apoplexie, suivi de près de leur grand-mère, entre la peur de tous les instants que Tom soit arrêté, car il n'avait pas le droit de quitter le territoire tant que sa remise de peine n'est pas finie, la soif dans le désert, les canicules, les pannes, etc...

Enfin, ils arrivent en Californie, et le rêve d'un jour meilleur va alors se transformer en cauchemar et sera jalonné par des obstacles et des souffrances terribles, ils sont devenus des émigrants traités comme des parasites, ils vont connaître l'enfer sur terre de l'exil entre rejets et humiliations comme le sont tous les réfugiés du monde, ils seront parqués comme des animaux dans des abominables bidonvilles où les gens sont affamés et vivent dans la misère, et pire encore ils seront exploités en main d'ouvrent rabaisser battues lynchés comme des esclaves, et comble de l'horreur tuée injustement par leur propre peuple et la police de leur nation sous des fallacieux prétextes !

Et on se pose alors une question ouverte qui fait froid dans le dos vu le calvaire abject qu'ils ont connu en tant qu'Américain BLANC , que seraient arrivés à des Amérindiens ou Afro-américains dans la même situation ? 

Quelques phrases que j'ai relevées dans le roman :
“Comment faire peur à un homme quand son ventre crie famine, quand la faim tord les entrailles de ses petits? Rien ne peut plus lui faire peur - il a connu la pire des peurs.”


et


Grand-père a tué les indiens. (karma ?) Pa a tué les serpents pour le bien de cette terre. Peut-être qu’on pourrait tuer les banques. Elles sont pires que les Indiens, que les serpents. Peut-être qu’il faudrait qu’on se batte pour sauver  nos  terres comme l’on fait Grand-père et Pa.

Un livre magnifique immense qui prend par les tripes émouvant, révoltant avec des personnages inoubliables pris par la colère et la révolte face à l'injustice de ce que l'Homme à de pire quand toute humanité est effacée en lui et une rédemption totalement inexistante. 

Effrayant cruel, voir prophétique, à méditer car tellement puissant et d'actualité...sachant que l'histoire malheureusement se répète est en pire et cette fois elle sera peut-être mondiale ( la mondialisation)...!

coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les raisins de la colère John Steinbeck Empty Re: Les raisins de la colère John Steinbeck

Message  arianouchka le Sam 20 Fév 2016 - 9:57

J'ai lu ce livre il y a des décennies (aïe !) et je m'en souviens encore. C'est ce genre de roman que tu lis une fois pour toute, indélébile dans ta mémoire, mais que personnellement je refuse de relire tant l'intensité de l'histoire te vrille le coeur et l'âme.
Le pire dans tout cela, c'est qu'il est d'une actualité brûlante alors qu'il a été écrit en 1939 ! La folie des hommes (la noire, pas celle qui les dépasse et les transcende) est toujours vivante, hélas.
arianouchka
arianouchka
Princesse intrépide
Princesse intrépide

Messages : 1002
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 61
Localisation : Entre deux fleuves de France
Humeur : souvent très bonne

Revenir en haut Aller en bas

Les raisins de la colère John Steinbeck Empty Re: Les raisins de la colère John Steinbeck

Message  Invité le Lun 22 Fév 2016 - 20:35

@arianouchka a écrit:J'ai lu ce livre il y a des décennies (aïe !) et je m'en souviens encore. C'est ce genre de roman que tu lis une fois pour toute, indélébile dans ta mémoire, mais que personnellement je refuse de relire tant l'intensité de l'histoire te vrille le coeur et l'âme.
Le pire dans tout cela, c'est qu'il est d'une actualité brûlante alors qu'il a été écrit en 1939 ! La folie des hommes (la noire, pas celle qui les dépasse et les transcende) est toujours vivante, hélas.
Oui hélas ! Sad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum