[Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  clotho le Jeu 9 Fév 2012 - 14:03

Un petit rappel de comment tout ceci a débuté :

En mai dernier, le forum Vampire Book club (forum américain) lance une grande série de duels afin d'élire l'Alpha suprême.
Karen Marie Moning fait alors une promesse : si JZB remporte le tournoi, nous aurions droit à une scène exclusive du point de vue de Barrons, et non de Mac.
Bien entendu, avec une telle promesse, Jéricho n'a eu aucun mal à remporter le concours, et ce haut la main .
Chose promise, chose due. Quelques semaines plus tard, les lectrices reçoivent leur récompense.



Extrait audio :  Arrow https://www.karenmoning.com/store/index.php?option=com_wbnanocart&Itemid=65

La scène de Jéricho Z. Barrons
Karen Marie Moning


Spoiler:

Vous pensez que vous voulez ceci. Vous pensez qu’obtenir une scène de sexe de mon point de vue vous donnera la satisfaction dont vous êtes avides depuis le jour où vous avez réalisé qu’en dépit de toutes les mauvaises choses que vous savez à mon sujet, vous me laisseriez quand même vous acculer contre le mur d’une allée sombre, vous baiser si ardemment que vous vous briseriez, vous laisser tomber comme un sac d’os froissé, vous abandonner gisant là sans un mot tandis que je m’éloignerais, disparaissant dans les ténèbres de ma seconde peau. Vous imaginez qu'il serait suffisant de savoir ce que cela fait quand je vous touche, vous avale, vous remplis, vous traite comme l’un de ceux que je ne tuerai pas, un privilège qui n’est réservé qu’à quelques personnes de valeur. Vous imaginez que quand vous serez âgée et que la mort se rapprochera, du sexe avec moi dans une allée sombre sera le souvenir qui vous fera sourire et vous sentir extraordinaire : qu’en dépit de vos nombreuses lâchetés, vous aurez une fois dans votre vie dansée sur un câble tendu au-dessus du Grand Canyon. C’était l’extase, vous avez survécu, et durant ces instants vous vous êtes sentie si intensément vivante.

Vous voulez du sexe de mon point de vue car vous pensez obtenir des réponses, et vous avez déjà réfléchi à ce que ces réponses pourraient être. Un avertissement : à chaque fois que vous posez une question, vous assumez un risque. Vous devez être prête à toute réponse possible. Les gens ne le sont jamais. Souvenez-vous de ce que j’ai dit à propos des mots. Les actions parlent. Les mots n’ont aucune valeur. Vous croyez découvrir en moi une once de vulnérabilité, une parcelle de sensibilité que vous seule pouvez remarquer car vous êtes spéciale. Alors vous pourrez proclamer : « Tu sais, le passé tortueux de Barrons a fait de lui un monstre, mais seulement car il a trop souffert. On comprend qu’il vive avec pour seule loi la sienne – une loi violente, sanglante et inconsciente – mais le pouvoir guérisseur de mon amour rétablira son humanité détruite! ».

Rétablir signifie rendre une chose qui a été prise. La mienne ne l’a pas été. Faites de cela ce que vous voulez. Et pour votre gouverne (allez-vous faire foutre, madame Moning), Barrons n’est pas mon véritable nom. Mais vous pouvez continuer à me désigner par celui-ci. Pour le moment.

Vous vous accrochez à sept mots naïfs que j’ai jadis prononcés : « C’est toi qui me quittes, fille Arc-en-Ciel ». Vous leur avez insufflé tellement de sens, une telle promesse de potentiel. Souvenez-vous de ce que j’ai dit à Fio. Les femmes répètent cette erreur depuis la nuit des temps : tomber amoureuse du potentiel d’un homme. Nous voyons rarement les choses de la même manière, et nous soucions encore plus rarement de les réaliser.

Vous leur avez promis du sexe de mon point de vue. Devrais-je vous tuer maintenant ou prolonger les choses et vous faire souffrir? Vous tenez une chose au-dessus de ma tête. Je vous méprise pour cela, mais nous avons atteint une sorte de trêve. Je vais coopérer. En majeure partie. Pour le moment.

***

- Qui est-ce ?

2 heures du matin. Les humains dorment. Sa voix à travers la porte est ensommeillée, douce, teintée d’un accent du sud, et jeune. Si foutrement jeune. Innocente. Dans mon zoo, MacKayla Lane est une créature exotique.

- Jéricho Barrons.

- Que voulez-vous ?

Toute trace de sommeil a disparu de sa voix. Elle ne sonnerait pas plus éveillée si elle était tombée sur un serpent dans son lit.

Je ris silencieusement, sans joie. C’est plus qu’elle ne peut le supporter.

- Nous avons des informations à échanger. Vous voulez savoir ce que c’est. Et je veux savoir ce que vous savez à propos de lui.

- Vous êtes un homme intelligent, n’est-ce pas ? Je m’en étais aperçue à la boutique. Qu’est-ce qui vous a pris autant de temps?

Le sarcasme échoue à masquer la peur dans sa voix. Je choisis mes prochains mots avec soin. Je veux qu’elle ouvre la porte de son libre arbitre, qu’elle m’invite à entrer. Cela a de l’importance pour moi, cette courtoisie.

- Je n’ai pas l’habitude de quémander. Ni celle de marchander avec une femme.

Elle reste silencieuse durant un moment, appréciant ma réponse, le fait que je l’ai placée dans la catégorie des femmes avec lesquelles je suis disposé à marchander. Cela lui donne l’impression d’avoir un minimum de contrôle sur la situation – comme si j’étais une “situation”. Ce qui se tient devant le pas de sa porte est un putain de cataclysme. Les mots. Pourquoi demandent-ils toujours des mots ? Pourquoi croient-ils sans cesse en eux ?

- Eh bien, il va falloir vous y habituer, mon vieux, parce que je ne reçois d’ordres de personne. Et je ne donne rien gratuitement.

Elle m’a appelé « mon vieux ».

Je pourrais la tuer avant d’avoir fini de l’interroger rien que pour cela.

- Avez-vous l’intention d’ouvrir cette porte, mademoiselle Lane, ou allons-nous converser dans le couloir où n’importe qui pourrait nous entendre ?

La formalité la fait me percevoir plus vieux que je ne le suis, moins dangereux. Je jouerais n’importe quel rôle pour entrer.

- Avez-vous vraiment l’intention d’échanger des informations ?

- Oui.

- Et vous répondrez en premier à mes questions ?

- Je vous le promets.

Si foutrement crédule.

- Nous pouvons parler à travers la porte.

Dans ses rêves. Mon sexe n’est pas si long. Je suis venu ici pour deux choses. Je ne partirai pas sans elles.

- Non.

- Pourquoi pas ?

- J’ai besoin de discrétion, mademoiselle Lane. Ceci n’est pas négociable.

- Mais je …

- Non.

- Comment m’avez-vous retrouvée ?

Les ressorts du lit qui grincent. Le son d’un jean qu’on enfile.

- Vous vous êtes procurée les services de location d’un moyen de transport à mon établissement.

- Là d’où je viens, on appelle ça un taxi. Et une librairie.

Est-ce que c’est une pointe de tempérament ? Y-aurait-il du cran sous ce duvet ?

- Là d’où je viens, on appelle cela avoir des manières, mademoiselle Lane.

- Vous pouvez parler, grogne-t-elle. Ce n’est pas ma faute. Être menacée fait ressortir le pire en moi.

Elle ouvre la porte. Un regard à l’extérieur. Une frêle chaîne au travers. Je pourrais la briser en un clin d’œil.

Baiser, je pense. Juste ça. Dans une multitude de positions variées, le tout formant un énorme bordel. Que je sois maudit si je veux cette … cette … imbécile nouveau-née. Et qu’elle soit maudite si je la prends. Et je ne m’en irai pas. La laisser partir de ma boutique était déjà une assez mauvaise chose. J’aurais dû tuer le chauffeur. Prendre ce que je voulais à ce moment-là. Innocente. Douce. Une bonne odeur. Encore pleine de sommeil. Le fouillis de ses cheveux blonds une invitation pour un poing. Je les vois couler au bas de son dos, frôler les courbes de ses fesses. Moi sous elle, derrière elle. M’enfonçant en elle. Que fera-t-elle ? Que dira-t-elle ? Comment résonne-t-elle quand elle jouit ? Est-ce qu’elle perd, comme la plupart des femmes, une partie de son âme dans le sexe ? La laissant sur le côté durant l’acte ? Baiser.

- Puis-je entrer ?

Je ne souris pas. Mes sourires ne détendent pas les gens.

- Je ne vous aurez pas laissée monter ici.

Ses yeux sont verts, coléreux. Ses seins sont durs. Le désir est absurde. Il frappe dans les endroits les plus étranges, dans les moments les plus singuliers. Elle ne se rend même pas compte qu’elle le ressent. Elle a érigé une barricade de convenance et de mensonges entre nous. Je méprise le genre de femmes qu’elle est. Je répugne sa douce et rose innocence. Mon corps n’est pas d’accord. Je me demande, pourquoi elle ? Pourquoi pas, disons, un lampadaire pour tout ce que nous avons en commun ? Elle est des rubans de soie et de satin. Je suis de la viande crue et des lames de rasoirs. Je n’ai jamais été attiré par mon opposé. J’aime ce que je suis.

- Vos seins sont durs, je murmure, lui laissant le choix d’entendre, ou de prétendre ne pas avoir entendu.

Elle cligne des yeux, secoue la tête.

- Comment êtes-vous entré ?

Ah, l’oreille humaine possède des filtres remarquables.

- Je leur ai dit que j’étais votre frère.

- Bien trouvé. Parce que la ressemblance physique entre nous est tellement frappante.

La dentelle de de son haut de pyjama se soulève à chaque respiration. Elle tremble, essayant de le cacher. Je regarde par-dessus son épaule la petite pièce. C’est à peine mieux qu’une chambre à l’heure. Il ne me faudra pas longtemps pour obtenir ce pourquoi je suis venu. Les affaires d’abord.

- Eh bien, mademoiselle Lane.

- Je réfléchis.

- Ne vous faites pas mal.

- Ne soyez pas un âne.

- Vous avez jusqu’à trois avant que je ne parte. Deux.

- Oh, c’est bon. Entrez, lâche-t-elle.

Je souris alors, mais je ne me le permets que parce qu’elle a fermé la porte pour enlever la chaîne et ne peut pas me voir. Elle l’ouvre et recule. Je remarque là qu’il y a peu de différence entre le déverrouillage d’une chaîne et l’écartement des jambes d’une femme. Comme s’ils ne pouvaient jamais barrer qu’une seule entrée. C’est une maladie nommée espoir. Les femmes en souffrent considérablement.

Elle repousse la porte contre le mur. Elle imagine qu’elle est plus en sécurité. Je ne m’ennuie pas à la fermer. Cela viendra plus tard. Elle repousse du bout des orteils un tapis et un soutien-gorge sous le lit. Je verrai bien plus que ça avant de partir.

- Alors, de quoi s’agit-il ? Non, attendez – comment l’épelez-vous ?

Je décris un cercle autour d’elle. Elle pivote tandis que je rôde, peu désireuse de me tourner le dos. Je vais l’avoir, de toute façon. De toutes les façons.

- S-i-n-s-a-r.

- Sinsar ?

- Shi-sa. Shi-sa-du

Je continue à tourner. J’aime la façon dont son corps bouge. Si elle regarde en bas, elle verra que ma veste est ouverte et que mon costume peine à dissimuler combien je suis dur. Son regard est fixé sur mon visage. Peu le garde à cet endroit.

- Oh, c’est tellement logique. Et le “du” ?

J’arrête de tourner en rond, faisant face à la porte. Elle s’immobilise, dos à l’entrée. Trois pas nous séparent. Je peux la ressentir. La sentir.

- D-u-b-h.

- Dubh pour do ? Et les pubs, faut-il les appeler poos ?

- Dubh est un mot gaélique, mademoiselle Lane. Pub ne l’est pas.

- Je plaisantais.

- Rien de ce qui concerne le Sinsar Dubh n’est de matière à plaisanter.

- Vous m’en direz tant. Alors, quel est donc le plus grave des graves ?

Désinvolte. Elle n’a rien à faire ici. Fio avait raison.

« Ce serait clément, Jéricho. Tue-la rapidement avant qu’un des autres ne la torture pendant des jours avant de lui arracher la gorge. »

« Est-ce que clémence ressemble à mon putain de prénom ? »

« Fais-le pour moi, Jéricho. Je ne supporte pas la pensée de ce que l’un d’eux pourrait lui faire. »

« L’un d’eux ? Ou bien moi, Fio ? Quelle pensée ne supportes-tu pas ? »

Je vis le regard dans ses yeux.

« Jéricho, comment peux-tu vouloir cette …. cette… cette enfant stupide et écervelée! Que pourrait-elle bien t’offrir ? »

- Trop longtemps, fis-je.

Fiona était avec moi depuis trop longtemps.

- Quoi ? dit-elle, l’air ébahi.

Je suis soudain furieux que MacKayla Lane soit venue dans ma ville, qu’elle pense pouvoir jouer sur le même terrain que moi et les miens, qu’elle soit devenue mon problème.

- Rentrez chez vous, mademoiselle Lane. Soyez jeune. Soyez belle. Mariez-vous. Faites de jolis bébés. Vieillissez auprès de votre beau mari.

- Oh, allez au diable, Jéricho Barrons ! Dites-moi ce que c’est. Vous avez dit que vous le feriez.

- Si vous insistez. Ne soyez pas sotte. N’insistez pas.

- J’insiste. Qu’est-ce que c’est ?

- Dernière chance.

Pour beaucoup de choses.

- Dommage. Je ne veux pas d’une dernière chance. Dites-le moi.

Je mentais de toute manière. Sa dernière chance était sa première. Elle a passé le seuil de ma porte.

- Le Sinsar Dubh est un livre.

- Un livre ? C’est tout ? Juste un livre ?

- Au contraire, mademoiselle Lane, ne faites jamais cette erreur. Ne pensez jamais qu’il s'agit juste d'un livre. C’est un manuscrit extrêmement rare et ancien, que de nombreuses personnes tueraient pour posséder.

- Vous aussi ? Vous tueriez pour l’avoir ?

- Absolument. Quiconque et quoi que ce soit qui se mette en travers de mon chemin. Je l’ai toujours fait. Je le ferai toujours. Reconsidérez-vous votre séjour, mademoiselle Lane?

- Absolument pas.

- Vous rentrerez à la maison dans une boîte, dans ce cas.

- C’est une autre de vos menaces ?

- Ce n’est pas moi qui vous y mettrais dedans.

- Qui le fera ?

- J’ai répondu à votre question, maintenant c’est à votre tour de répondre à la
mienne. Que savez-vous à propos du Sinsar Dubh, mademoiselle Lane ? Dites-le moi. Et pas de mensonge. Je le saurai.

Je pourrais utiliser la Voix, la forcer à tout me révéler. Mais il y a peu d’amusement là-dedans.

- Ma sœur étudiait ici. Elle a été tuée il y a un mois. Elle m’a laissé un message juste avant de mourir, me disant que je devais trouver le Sinsar Dubh.

- Pourquoi ?

- Elle ne l’a pas précisé. Elle a juste dit que tout dépendait de lui.

- Où est ce message ? Je veux l’entendre par moi-même.

- Je l’ai effacé par erreur.

Son regard me fuit.

- Menteuse. Vous ne feriez pas une telle erreur avec une sœur dont vous vous souciez suffisamment au point de mourir pour elle. Où est-il ? Si vous n’êtes pas avec moi, mademoiselle Lane, vous êtes contre moi. Je n’ai aucune pitié pour mes ennemis.

- J’ai déjà donné une copie de cet enregistrement aux Gardai de Dublin. Ils travaillent afin de retrouver l’homme avec lequel elle avait une liaison.

De nouveau, son regard se perd.

- Donnez-moi votre téléphone.

- Vous pouvez toujours rêver. Mais je vais le mettre sur haut-parleurs.

Elle passe le message. Son regard ne quitte pas mon visage. Les choses que je pourrais lui apprendre… si elle pouvait y survivre.

- Connaissiez-vous ma sœur?

Je secoue la tête dans un signe négatif silencieux.

- Vous étiez tous les deux après ce « livre extrêmement rare ». Et pourtant vous ne vous êtes jamais croisés?

- Dublin est une ville d’un million de personnes, sans compter celles qui viennent chaque jour pour travailler et les flots ininterrompus de touristes, mademoiselle Lane. Ce qui serait étrange, c’est que nous nous soyons rencontrés. Que voulait-elle dire par "tu ne sais même pas qui tu es" ?

- Je me pose moi-même la question. Je n’en ai aucune idée.

- Vraiment ?

- Pas la moindre.

- Hum… C’est tout ce qu’elle vous a laissé ? Un message ?

Elle acquiesce.

- Rien de plus ? Aucune note, ou paquet, ou quoi ce soit de la sorte ?

Elle secoue la tête. Je peux lire dans ses yeux. Profondément. Et là, une hilarité cachée. Elle vient juste de se moquer de moi. Mon sexe durcit.

- Et vous n’avez aucune idée de ce qu’elle entendait par le Sinsar Dubh ? Votre sœur ne s’est pas confiée à vous ?

- Je croyais qu’elle le faisait. Apparemment, j’avais tort.

- Qu’entendait-elle par « eux » ?

- Je pensais que vous pourriez m’éclairer sur ce point.

- Je ne suis pas l’un d’entre « eux », si c’est ce que vous insinuez. Beaucoup sont à la recherche du Sinsar Dubh, des individus comme des factions. Je le veux également, mais je travaille seul.

- Pourquoi le voulez-vous ?

- Il n’a pas de prix. Je suis un collectionneur de livres.

- Et cela vous rend prêt à tuer pour lui ? Qu’avez-vous l’intention de faire avec ?
Le vendre au plus offrant ?

- Si vous n’approuvez pas mes méthodes, restez hors de mon chemin.

- Parfait.

- Parfait. Qu’avez-vous d’autre à me dire, mademoiselle Lane ?

- Rien.

Elle désigne la porte de son menton.

Je ris.

- J’ai l’impression que je suis congédié. Je n’arrive pas à me rappeler la dernière fois où je l’ai été.

Laissons-la imaginer que je parte. Il est temps de fermer la porte.

Je l’ai presque dépassée, je suis presque à la porte, quand je l’attrape et plaque son dos contre mon corps. Le dos de son crâne cogne contre ma poitrine. Ses dents s’entrechoquent. Elle émet un son étranglé, proteste, et un autre son plus guttural qui n’a rien à voir avec une protestation. Mon bras l’encercle sous la poitrine.

Je peux sentir quand une femme veut baiser. Je l’ai senti dans ma boutique. Je le sens maintenant. Elle ne peut pas encore s’en rendre compte – elle ne peut certainement pas s’en rendre compte, ne peut admettre ce qu’elle veut. Mais son corps sait. Le désir est une chose du sang. Il n’a pas besoin de la tête ou du cœur. Sa peau est douce et rose. Son sang est rouge brûlant.

- Qu’est-ce que vous faites ?

- Besoin d’un foutu manuel ?

Je me presse durement contre ses fesses.

- Vous vous foutez de moi ! Vous n’êtes pas du tout mon type et vous êtes … vous êtes… quel âge avez-vous de toute manière ? Eh !

- Votre odeur dit le contraire.

J’inhale. Bien plus suave en étant plus près.

- Mon odeur ? Comme si vous pensiez pouvoir sentir – vous pensez que je – oh ! Laissez-moi partir ! Maintenant ! Lâchez-moi ! Je vais crier !

- Vous crierez sans aucun doute. Je vous le promets.

Sous mon bras, son cœur s’emballe, elle respire vite et fort. L’excitation sexuelle altère les lignes de son corps, l’unifie en de nouvelles lignes contre le mien. La colonne vertébrale d’une femme change quand elle veut baiser, un subtil et souple déplacement de la base, une courbe plus vive dans le creux où le dos rencontre les fesses. Les seins se tendent et s’élèvent, l’angle de la mâchoire change alors que la bouche se prépare et que les muscles se raidissent. J’ai étudié les humains durant une petite éternité. L’intention infuse chacun de leurs mouvements. Des plans de route pour leur navigation interne, recouvrant toute leur peau. Nés pour être esclaves.

- Vous délirez. Je ne vous veux pas. Sortez de ma chambre.

- Alors vous voulez retourner ramper dans votre lit, pleurer pour la sœur que vous avez perdue et broyer du noir sur votre propre sottise ? Gribouiller vos stupides plans et complots de vengeance ? Vous ne savez même pas ce que ce mot signifie.

Mais elle pourrait l’apprendre.

- Êtes-vous si pressée d’être seule avec votre chagrin ? Est-ce un tel compagnon de lit ? Quand vous êtes-vous perdue pour la dernière fois dans une bonne et dure baise, mademoiselle Lane ? L’avez-vous déjà fait ? Je pense que cela a toujours été doux, gentil et propre. Et quand c’était fini, vous restiez allongée là à vous demander pourquoi le monde faisait une telle agitation autour de ça.

- Vous êtes fou ! Vous le savez, n’est-ce pas ? Vous êtes complètement fou. Comment osez-vous venir ici, me menacer, me malmener, puis essayer de coucher avec moi ? Et plaisanter sur du sexe parfaitement bon !

- Je n’ai aucun désir de coucher avec vous. Je veux vous baiser. Et il n’y a rien de mieux que du sexe parfaitement bon. Si c’est « parfaitement bon », je me moque d’une voix de fausset, on devrait lui tirer une balle dans la tête et le charger de toute la misère du monde. Soit le sexe vous fait prendre votre pied, soit il n’est pas assez bon. Vous voulez que je vous fasse prendre votre pied, mademoiselle Lane ? Allez. Faites-le. Soyez une grande fille.

Son corps entier se crispe entre mes bras.

- Je ne vous apprécie même pas.

- Moi non plus. Mais mon sexe est dur et vous êtes humide.

- Vous ne pouvez pas savoir ça !

Ma main glisse jusqu’au bouton du haut de sa fermeture éclair.

- Vous voulez que je le prouve ? Si vous persistez à me mentir, vous ne me laissez pas le choix.

Je fais sauter le premier bouton, puis le second. Sa colonne vertébrale se transforme contre moi, plus courbée, plus souple. Le corps humain est remarquable.

- Êtes-vous humide, mademoiselle Lane ? Oui ou non ?

Comme elle ne répond pas, je fais sauter le troisième bouton.

- Faisons un marché. Je vérifie et si vous êtes sèche, je partirai.

Elle siffle.

- Répondez à la question.

- Ce ne sont pas vos affaires.

- Dites-moi d’arrêter.

Je fais sauter le quatrième bouton. Il n’en reste plus qu’un.

- Je vous haïs.

- Je peux vivre avec ça. Avez-vous déjà baisé depuis que votre sœur a été assassinée ? Laissez-vous aller, mademoiselle Lane. Pour une fois dans votre petite vie si limitée, laissez la baise prendre le dessus.

Elle se transforme soudain en acier entre mes bras. Elle me repousse avec ses hanches, pivote et se retourne entre mes bras, plaque ses mains contre ma poitrine et m’envoie un coup de genoux dans le bas-ventre. Tout du moins, essaie. Je la bloque d’un genou à la dernière seconde.

- Vous ne savez rien de moi !

Sa poitrine se soulève, son pouls bat sauvagement à sa gorge.

- J’en sais plus que ceux que vous appelez vos meilleurs amis. Je vous vois.

- Vraiment ?

Sa mâchoire ressort. Quelque chose brille profondément dans ses yeux. Je m’immobilise. Qu’est-ce que c’était ? Quelque chose de très différent de ce qu’elle montre à la surface. Je ne m’y attendais pas. Intéressant.

- Et que voyez-vous, au juste ? gronde-t-elle pratiquement.

- Une femme qui a vécu toute sa vie dans une cage. Et qui hait cela. Vous vous ennuyez là-dedans, n’est-ce pas ? Attendant que la vie arrive. Et quand elle est finalement passée, elle vous vole ce que vous aimiez le plus. Alors reprenez-vous. Explosez. Volez en éclat.

Elle me fixe en levant les yeux, humidifie ses lèvres.

- Criez. Maudissez. Déchaînez-vous. Libérez tout contre moi.

Je fais un pas en avant, pose ma main durement entre ses jambes, frotte avec ma paume. La chaleur qu’elle dégage est étonnante.

- Dites-moi d’arrêter.

Elle reste immobile un long moment. Finalement, elle secoue la tête.

Je ris.

J’enfonce ma main dans son pantalon, le cinquième bouton saute et résonne sur le sol, je pousse mon doigt en elle et ses genoux s’affaissent tandis que des pinces se referme sur moi. Elle est tellement mouillée. Nous finissons ensemble sur le sol.

- Je suis malade de me sentir comme cela, siffle-t-elle. Je hais ma vie. Je déteste chaque facette de celle-ci !

Elle m’étrangle avec ma cravate, maladroite dans sa hâte à me l’enlever. Vivant toujours dans le monde où les hommes se déshabillent complètement, et les filles s’allongent sur le dos et attendent. Seules deux choses ont besoin d’être nues.

- Laissez la cravate. Défaites mon pantalon.

Elle le tire si brusquement pour l’ouvrir qu’elle casse la fermeture éclair de mon costume à dix mille dollars. Je la prends par la taille de son jean et l’en extrait. Elle se relève pour se tourner mais je suis derrière elle. Je la repousse contre le sol.

- Restez là. Je vous veux ainsi.

- Mais vous avez dit que je pourrais…

- Votre tour viendra après.

- C’est pour moi tout ça, vous vous rappelez ? C’est ce que vous m’avez dit. Je veux ce que je désire maintenant.

- Essayez, mademoiselle Lane, essayez seulement.

À sa décharge, elle le fait. Mais je suis plus fort. J’obtiens ma manière le premier, non pas qu’elle s’en plaigne d’après le bruit qu’elle fait. Le poing dans ses cheveux, j’écarte ses jambes aussi largement que possible, l’écrase contre le sol. Plus tard, je la prendrai sur les mains et les genoux. À cet instant, j'ai besoin qu’elle soit aussi immobile que possible. Je fouille entre ses jambes et elle émet un son choqué. Luisant de toute cette humidité qu’elle n’était pas supposée avoir, je m’enfonce en elle. L’air explose entre nous. Elle arque le cou et crie. Je ne bouge pas durant un bout de temps. Bouger me ruinerait royalement en ce moment précis.

Elle rue sous moi.

- Bougez, espèce de bâtard !

- Quand je serai prêt.

Je referme mes mains autour de ses côtes. Elle se débat. Elle aura des marques au matin. Quelques souvenirs haïs remontent à la surface. Mon sang se fige. Je suis encore plus dur. Je commence à bouger, perd la notion du temps. Quatre heures ressemblent à quatre minutes. Pour quelque chose de si doux, elle prend sa baise très durement. Je la goûte. Je pourrais la dévorer vivante. Elle me prend dans sa bouche. Je referme mes mains autour de sa tête. Je ne la laisserai peut-être pas partir. Luisant de sueur, je la souille avec révérence. Ou la révère en la souillant. Chaque. Centimètre. D’elle. Desonputaindecorps. Elle aime ça. Aucun contrôle retenu avec cette femme. Je n’aurais pas cru cela d’elle. Et elle sait crier…

Des heures plus tard, je roule sur le dos, plie les bras derrière ma tête et la laisse diriger son monde. Qu’elle soit maudite si elle ne le fait pas.

Sa tête est rejetée en arrière, son dos arqué, elle est inconsciente des règles, de l’ordre moral, à tout sauf à ses impératifs internes.

Je pars juste avant l’aube.

À la porte, je me retourne et la regarde. Puis secoue la tête. Elle me tourne le dos. Elle a enroulé un drap autour d’elle.

- Mac.

Elle se retourne lentement et je jure dans ma barbe. Déjà, elle se met à changer. Cela a débuté quand j’ai commencé à remettre mes vêtements. Maintenant, c’est presque total. Ses yeux sont différents. Prudents, teintés de cette émotion humaine que je méprise par-dessus tout : le regret. J’avais tort. Elle n’était pas prête. Pas encore.

D’ici midi, elle me détestera. D’ici ce soir, elle se sera convaincue que je l’ai violée. D’ici demain, elle se haïra elle-même.

Je traverse la pièce, plaque une main sur sa bouche et j’écrase sa poitrine avec mon bras, compressant ses poumons pour qu’elle ne puisse plus prendre sa respiration. Elle vit à ma discrétion. Je peux lui prendre son souffle. Je peux le lui rendre.
Je m’interroge, acculée au pied du mur, dépouillée de toutes défenses, testée au-delà de l’endurance, que pourrait devenir MacKayla Lane?
Je presse ma bouche contre son oreille. Mes mots sont doux.

- Rentrez chez vous, mademoiselle Lane. Vous n’avez rien à faire ici. Ne mêlez pas les Gardai à tout ceci. Cessez de poser des questions. Ne cherchez plus le Sinsar Dubh ou vous mourrez à Dublin. Je ne l’ai pas chassé aussi longtemps et je ne suis pas arrivé si près du but pour laisser quiconque se mettre en travers de mon chemin et tout faire foirer. Il y a deux sortes de gens dans ce monde : ceux qui survivent quel qu’en soit le prix, et ceux qui sont des victimes nées.

Je lèche la veine qui palpite sur le côté de son cou. Son cœur bat comme un lapin effrayé. La peur ne m’excite pas. Pourtant mon sexe est à nouveau si dur que s’en est douloureux. Je devrais finir tout cela ici. Déchirer sa gorge, la laisser morte dans son appartement petit et sombre. Peut-être que je la tuerai demain. Peut-être que je l’enchaînerai dans ma librairie durant un moment. Je vais lui donner une seule chance de s’enfuir. Si elle reste, je suis absous de toutes responsabilités quoi qu’il lui arrive.

- Vous, mademoiselle Lane, êtes une victime, une agnelle dans une cité de loups. Je vous donne jusqu’à neuf heures du soir, demain, pour vous tirer de ce pays et hors de mon chemin.

Je la laisse partir et elle s’effondre sur le sol.

Puis je me penche sur elle, touche son visage, murmure les mots anciens d’un sort druidique et quand j’en ai terminé, les seuls souvenirs qu’elle retient de cette nuit sont la conversation et la menace. Elle ne saura jamais que ce soir, elle fut mienne.

***

Alors madame Moning, vous avez eu ce que vous vouliez. Était-ce assez bien pour vous ? Sotte idéaliste. Vous m’avez fait confiance pour vous donner des mots. Maintenant, vous avez le même problème que quiconque qui en réclame.

Vérité ?

Ou mensonge ?

***

Traduction : Julie-Ambre
Merci à Chris et Ninou pour la relecture. Wink

_________________
avatar
clotho
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 5591
Date d'inscription : 20/10/2010
Localisation : Vers l'Infini et l'Au-delà o/
Humeur : Zombie Girl

Revenir en haut Aller en bas

[Festival] Re: Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Emmatom le Jeu 9 Fév 2012 - 14:21

Je trouve l'image magnifique !! Si Barrons ressemble àça je le veux bien quand je lirai les Fièvres !!

J'ai pas lu le passage vu que j'ai pas lu les fièvres ! faut que je m'y mette !
avatar
Emmatom
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 3051
Date d'inscription : 06/05/2011
Age : 21
Localisation : Cannes
Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  clotho le Jeu 9 Fév 2012 - 14:22

Cette scène n'est pas dans les Fièvres. C'est une scène additionnelle que KMM a rédigé bien après le tome 1 (tome où cette scène a eu ou non lieu... A vous de choisir =p )

_________________
avatar
clotho
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 5591
Date d'inscription : 20/10/2010
Localisation : Vers l'Infini et l'Au-delà o/
Humeur : Zombie Girl

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  aude59 le Jeu 9 Fév 2012 - 14:41

très intéressante cette scène
je suis super déçue je ne savais que la sortie était repoussée
y'en a marre
avatar
aude59
Débutante au bal
Débutante au bal

Messages : 35
Date d'inscription : 02/02/2012
Age : 38
Localisation : Lille
Humeur : ça va

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  ninou-lilou le Jeu 9 Fév 2012 - 17:46

C'est une scène très très intéressante Embarassed

Pour ma part, je suis pour qu'elle ait eu lieu dans le tome1, car justement dans ce 1er tome la romance est inexistante ! Donc ça rattrappe un peu (même beaucoup...) ce manque

Julie-Ambre pour cette traduction !!!!!
avatar
ninou-lilou
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 9998
Date d'inscription : 12/09/2010
Humeur : “You take care of my cop, body and soul.”

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Elea le Jeu 9 Fév 2012 - 18:23

Avec le retard annoncé pour le tome 5, cette scène est la bienvenue !

Mais je me la réserve pour quand j'aurai fini le tome 4, je la lirai pour patienter jusqu'au tome 5 Wink

_________________

"De Thorn elle s'était attendue à tout. Brutalité. Mépris. Indifférence.
Il n'avait pas le droit de tomber amoureux d'elle."
Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos

avatar
Elea
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 8508
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 29
Localisation : Au chaud sous mon plaid
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Julie-Ambre le Jeu 9 Fév 2012 - 19:01

Je sais pas comment tu fais, Éléa, pour ne pas sauter sur le 4 et finir de le dévorer !! Shocked
Franchement, je m'incline devant ton self-contrôle ! Smile

_________________
avatar
Julie-Ambre
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 10072
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Entre Montréal et le ciel du Nord
Humeur : Busy like a bee...

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Elea le Jeu 9 Fév 2012 - 19:07

Je sais, je sais... C'est ça la classe Cool

_________________

"De Thorn elle s'était attendue à tout. Brutalité. Mépris. Indifférence.
Il n'avait pas le droit de tomber amoureux d'elle."
Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos

avatar
Elea
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 8508
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 29
Localisation : Au chaud sous mon plaid
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Teodubois le Jeu 9 Fév 2012 - 20:00

Cette scène est vraiment bulle

_________________
avatar
Teodubois
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 8501
Date d'inscription : 10/01/2011
Age : 43
Localisation : lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Swolen- le Sam 11 Fév 2012 - 9:27

C'est tellement ingénieux d'avoir inséré cette scène à ce moment de la saga coeur Evalluation

_________________
avatar
Swolen-
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 7728
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 34
Localisation : Picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Isatis le Ven 24 Fév 2012 - 10:36

Bon ben voilà...j'avais gardé cette scène au chaud!
Une scène que l'on vit à travers les yeux de Jericho
Merci JA pour ce petit bonus savoureux!

_________________

“I used to be an angry, lonely prick. Then I met a guy with four amazing kids and more issues than the Sports Illustrated back catalog and boom—happiness.”  “Boom, happiness?”  “Okay, boom. Boom. More booms. A mushroom cloud. Then happiness.” Cherish, Tere Michaels
avatar
Isatis
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 9041
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 38
Localisation : Le Sud!!!
Humeur : Evan & Matt addict ♥

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Sumire le Dim 4 Mar 2012 - 13:57

Oh p*tain !! Cette scène m'a toute remué au point de vouloir relire tous les tomes ! Adieu mon challenge de mars et Bonjour Barrons !!

Ohlàlà magnifique y a rien à dire !!! Faut que je sauvegarde ça sur mon ordi !!!

Mais surtout merci les filles pour votre traduction !!
avatar
Sumire
Danseuse émérite
Danseuse émérite

Messages : 105
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 30

http://sumire-team.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  marissa le Dim 4 Mar 2012 - 14:08

:langue: OUahh!!! je n'ai pas lu les Fièvres, je ne connais pas l'histoire mais ce passage m'a donné des papillons dons le ventre!!
C'est magnifique et Barrons est :langue: ! Le mec sur la photo a de supers fesses! bulle
Il me tarde trop de lire cette saga!!

Merci pour ce passage magnifique! coeur Evalluation coeur Evalluation
avatar
marissa
Déesse de la romance
Déesse de la romance

Messages : 6594
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  louisy le Dim 4 Mar 2012 - 20:24

@marissa a écrit:
c'est magnifique et Barrons est ! Le mec sur la photo a de supers fesses! bulle


je suis tout à fait d'accord avec toi...il a vraiment des fesses de rêves Embarassed Embarassed Embarassed
Quant à la scène du point de vu de Barron... je serais prête à mettre ma main au feu qu'elle est bel et bien réelle
Spoiler:
souvenez-vous qu'après la visite de Barron, Mac avait des bleus partout et les muscles endoloris... Rolling Eyes
avatar
louisy
Débutante au bal
Débutante au bal

Messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2011
Age : 28
Localisation : Montréal, QC
Humeur : au 7ième ciel!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Emmatom le Lun 12 Mar 2012 - 19:16

Je viens de me lire la scène trop bon !!! Barrons !! Le Dieu des Dieu !!
J'ai adoré !! Oh oui c'est parait cette scène bonus !
Meric beaucoup !
avatar
Emmatom
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 3051
Date d'inscription : 06/05/2011
Age : 21
Localisation : Cannes
Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Julie-Ambre le Mar 13 Mar 2012 - 19:09



Dernière édition par Julie-Ambre le Mer 14 Mar 2012 - 14:18, édité 2 fois

_________________
avatar
Julie-Ambre
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 10072
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Entre Montréal et le ciel du Nord
Humeur : Busy like a bee...

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  guizma le Mar 13 Mar 2012 - 19:12

ouuuuuff la voix grave et chaude!!! et la music en plus! ça m'a fait frissonner!
avatar
guizma
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 2240
Date d'inscription : 28/12/2010
Age : 40
Localisation : bouche du rhone

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  marissa le Mar 13 Mar 2012 - 19:20

Trop belle la voix du mec!
avatar
marissa
Déesse de la romance
Déesse de la romance

Messages : 6594
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Emmatom le Mar 13 Mar 2012 - 19:22

Trop sexy la voix ! Un peu trop grave pour être celle de Barrons ! !
avatar
Emmatom
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 3051
Date d'inscription : 06/05/2011
Age : 21
Localisation : Cannes
Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Gamzatti le Mar 13 Mar 2012 - 19:36

Pfiouh... Il fait chaud par ici ! Merci Julie-Ambre pour cette traduction ! Je n'avais pas eu l'occasion de la lire en VO.

Au passage, Shadowsong, la bande-son crée pour le tome 5 (je crois...) est vraiment pas mal !
avatar
Gamzatti
Débutante au bal
Débutante au bal

Messages : 35
Date d'inscription : 10/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  ninou-lilou le Mar 13 Mar 2012 - 20:24

Merci JA pour le lien ! Il y a de très belles bannières et walpapers des personnages bulle J'ai aussi jeté un coup d'oeil aux tatoo, dis-donc y en a qui sont graves quand même...
avatar
ninou-lilou
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 9998
Date d'inscription : 12/09/2010
Humeur : “You take care of my cop, body and soul.”

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Teodubois le Mar 13 Mar 2012 - 21:49

Quelle chaleur ! Cette voix est bulle mais je ne voudrais pas l'entendre dans une rue oscure en pleine nuit moi ........

_________________
avatar
Teodubois
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 8501
Date d'inscription : 10/01/2011
Age : 43
Localisation : lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  louisy le Mer 14 Mar 2012 - 1:24

@Teodubois a écrit:Quelle chaleur ! Cette voix est bulle mais je ne voudrais pas l'entendre dans une rue oscure en pleine nuit moi ........
tout à fait d'accord avec toi Teodubois !!! sa voix est super sexy Embarassed mais imaginer marcher la nuit dans une ruelle déserte et d'entendre soudainement cette voix derrière mon dos c'est une toute autre histoire!!! affraid
avatar
louisy
Débutante au bal
Débutante au bal

Messages : 42
Date d'inscription : 30/07/2011
Age : 28
Localisation : Montréal, QC
Humeur : au 7ième ciel!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  pomme-damour le Mer 14 Mar 2012 - 18:36

waou. mais je m'imagine pas la voix de Baron comme sa. elle est beaucoup trop grave
avatar
pomme-damour
Débutante au bal
Débutante au bal

Messages : 27
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 30
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Humeur : Avec Jackson Rathbone, Ben Graupner ou Jared Anderson

https://www.facebook.com/pomme.caramel

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Festival] Une scène des Fièvres bonus du point de vue de Barrons !

Message  Elea le Jeu 22 Mar 2012 - 22:20

Rolala j'aime pas du tout ! Mais qu'est-ce que c'est que cette grosse voix ? Shocked affraid

_________________

"De Thorn elle s'était attendue à tout. Brutalité. Mépris. Indifférence.
Il n'avait pas le droit de tomber amoureux d'elle."
Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos

avatar
Elea
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 8508
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 29
Localisation : Au chaud sous mon plaid
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum