Cycle de la chair tome 1: la chair et l'acier- Audrey Françaix- Pour public averti-

Aller en bas

Cycle de la chair tome 1: la chair et l'acier- Audrey Françaix- Pour public averti-

Message  Sandrine Syndelle le Jeu 31 Mai 2012 - 10:19

Demain, Mantii partira dans les Monts Incendiés pour une retraite d'un neuvain. Elle sera escortée par la sadique veuve Aunanii, chargée des rituels prénuptiaux qui transformeront la naïve pucelle en une femme digne de l'étreinte de son promis. Toute la tribu atrébate festoie à l'annonce de cette bonne nouvelle, tandis que la principale intéressée est contrainte de garder le lit, ainsi que l'exige la coutume. Mantii, impatiente d'épouser l'homme qu'elle aime, mais néanmoins terrifiée par le voyage initiatique, parvient à s'évader quelques temps en forêt. Mais lorsque la jeune fille revient au village, les danses et les rires ont laissé place aux flammes et à l'horreur. La communauté a été victime d'une incursion des terribles barbares Galaghels. Et c'est en cherchant des survivants que Mantii est surprise à son tour par les responsables du massacre...
Erotic-Fantasy : Dans ce cycle, la chair se veut aussi dévastatrice que l'épée ! Tel le plaisir précédant la petite mort, l'intrigue se développe de manière progressive, distillant machinations, amours et tortures en entraînant le lecteur toujours un peu plus loin. L'intrusion d'un érotisme tantôt tendre, tantôt violent dans un monde de fantasy se révèle le point fort de cette aventure. Au cours des différents tomes, on pourra suivre les destinées inattendues de Mantii, Ydelle, Dsilée, Krel et bien d'autres personnages fascinants sur les chemins d'un monde riche en civilisations surprenantes. Insidieusement, la magie se mêlera à l'acier, au sang et à la volupté ! Par un joli tour de plume, Audrey Françaix nous emmène dans un univers barbare aux odeurs musquées...


MON AVIS


C'est la première fois que je me lance dans ce genre érotic-fantasy et que je lis cette auteure, et je dois dire que je demeure assez dubitative! Pour le premier tome de la saga, pas de fantasy à mon goût, en ce qui concerne l'érotisme, quelques scènes sensuelles très bien écrites et intégrées au contexte, qui d'ailleurs pour la seconde, risque de faire bondir les plus romantiques!

Ce qui m'a quelque peu destabilisée justement c'est ce genre de sensualité décalée, on ne peut pas parler de sexe vulgaire ou gratuit, bien que les personnages secondaires s'y adonnent à profusion, mais il s'agit de leur mode de vie, le sexe y est donc souvent évoqué sans y être décrit.En revanche, lorsque nous avons droit aux détails, ce qui est très rare, l'acte en lui même peut être féroce mais point écoeurant, il s'en dégage même une certaine beauté qui, de plus est, sert l'histoire.
Spoiler:
Quitte à passer pour une dévergondée, j'avoue même avoir été déçue de n'avoir eu droit qu'aux préliminaires lorsque nos deux personnages principaux ont laissé parler leurs corps dans une torride nuit d'amour!
Comme en parle le synopsis, il s'agit bien de "l'intrusion d'un érostisme tantôt tendre tantôt violent", et non d'une profusion de scènes de sexe...

Nous découvrons un monde assez moyenâgeux, violent et barbare sous la plume alerte de l'auteure. Le vocabulaire est riche et recherché, parfois même poétique dans la narration, à l'opposé des dialogues très imagés et familiers, grivois selon les personnages. Et c'est ce style intriguant qui m'a réellement fascinée dans sa complexité, apportant beaucoup de douceur et de lyrisme à ce monde de brutes!

Les Atrébats sont des gens pacifistes relevant d'une socitété très archaique, basée sur des croyances ancestrales, vénérant Mantris l'astre du jour. Leur mode de vie tend plus vers la nature que l'acier (donc les armes) et l'on se demande comment ils n'ont pas eu à subir plus d'attaques des autres peuplades. Mantii vient de subir les tests lui permettant d'épouser l'homme qu'elle aime, entrainée par sa soeur rebelle Ydelle, elle quitte sa chambre pour rejoindre son amie Dsillée dans la forêt. A son retour elle découvre son village à la proie des flammes, son frère mort, sa mère et ses soeurs disparues. Krel le chef des barbares se dresse devant elle, fasciné par son courage il transgresse une des lois de son peuple et la prend sous sa protection.

Pourtant Mantii bien que jouvencelle semble assez superficielle tant dans son amour que dans sa haine, passant trop vite de l'un à l'autre, et l'on peut donc comprendre la réaction de sa jeune soeur Ydelle qui montre bien plus de charisme et de convictions que son aînée. Krel est très crédible dans son rôle de chef,
Spoiler:
mais j'ai du mal à comprendre l'attraction immédiate qu'il a ressenti envers la jeune pucelle, lui qui préfère les femmes plus mûres.
Ceci dit celà ne nuit en rien à l'histoire!

Commence alors l'aventure: les pucelles seront vendues aux nobliaux des contrées voisines qui en feront leurs favorites ou concubines, les autres seront esclaves. On ne peut pas dire que l'intigue soit riche mais elle est très bien construite, et c'est la découverte de ce monde qui est intéressante, ainsi que l'écriture. Ce tome s'achève à la croisée des chemins des destinées des différents personnages, leur psychologie n'ayant pour moi, pas été suffisamment établie, j'ai envie de connaitre leur évolution et la suite de leurs péripéties.
avatar
Sandrine Syndelle
Princesse intrépide
Princesse intrépide

Messages : 1613
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 50
Localisation : Satellite B652
Humeur : Carpe Diem

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cycle de la chair tome 1: la chair et l'acier- Audrey Françaix- Pour public averti-

Message  sambaval le Jeu 31 Mai 2012 - 12:21

Je ne sent pas ton entousiasme habituel pour ce livre, par contre j'ai le sentiment que le style d'écriture de cette auteure te plait beaucoup.

Merci pour cet avis Sandrine
avatar
sambaval
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 825
Date d'inscription : 06/12/2011
Localisation : Campagne du val d'oise

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum