Sarn de Mary Webb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarn de Mary Webb

Message  Kester le Jeu 21 Mai 2015 - 23:25

Sarn de Mary Webb


Résumé:
Sarn est le nom d'un étang, d'une ferme, d'une famille, dans une province reculée de l'Angleterre où les superstitions ancestrales, la sorcellerie ont plus de présence que la réalité des guerres napoléoniennes.

A travers l'histoire de Gédéon Sarn, ambitieux et cupide, et de sa sœur, la douce Prue que défigure un bec-de-lièvre, ce roman plein de bruit et de fureur, d'incendies, de poisons, d'enfants abandonnés, est une fable morale où l'ordre triomphe du désordre, où l'amour universel l'emporte sur la passion égoïste.

Mon avis :

Voilà un de mes livres préféré Sarn (en VO Precious Bane) de Mary Webb. Depuis une première découverte au collège, je l'ai lu à de nombreuses reprises. Je ne l'avais pas lu depuis 10 ans mais ce livre , l'histoire, les paysages et les personnages m'ont tellement impressionnée que mon pseudo sur le forum en a découlé.
Le livre est paru pour la première fois en 1924 mais l'histoire se déroule pendant et après les guerres Napoléoniennes (je dirais entre 1810/1820).
J'adore dans ce livre la manière dont le récit est rythmé par les événements d'une vie rurale : labours, moissons, marchés...On apprends plein de chose sur la vie quotidienne à cette époque, les coutumes , les croyances et sur de vieux métiers (notamment tisserand pas encore touché par l'industrialisation ).
La narratrice est Prue Sarn qui se plonge dans ses souvenirs et relate sa jeunesse. A travers ses yeux et un langage très imagé (parfois lyriques, parfois plus terre à terre ) on découvre la campagne anglaise, le Shropshire, et des personnages pittoresques admirablement décrits. Elle a un esprit critique qu'on devine autant dans ses descriptions du sacristain que de Beguildy, le sorcier ou plutôt un rebouteux/charlatan ou des villageois qu'elle juge parfois un peu frustes. En effet, jeune paysanne, Prue vit en communion avec la nature mais on sent en elle une envie d'élargir son horizon qui passera par l'éducation. Elle apprends pour cela à lire et à écrire, et commence à relater son quotidien , ses réflexions dans un  cahier. Au début du récit Prue , qui a grandit dans un hameau isolé, n'a pas encore conscience de sa disgrâce et est pleine d'espoir pour l'avenir. Car Prue a un bec de lièvre et les réflexions de proches, le rejet des étrangers, lui font comprendre que ses aspirations sont hors d'atteinte. Dans cette campagne où court encore de nombreuses superstitions, Prue est souvent traitée de sorcière. Si elle fait parfois preuve d'envie pour la beauté de Jancis, la fille du sorcier et l'amoureuse de son frère , elle ne semble pas aigrie. Elle attribue même à ce défaut sa capacité à percevoir la beauté du monde , à entrer en communion avec lui.
Prue va tomber passionnément amoureuse, au premier regard , de Kester le tisserand. Prue si habile à décrire en quelques mots son entourage, perds ses mots dés qu'il s'agit de lui tout en restant particulièrement éloquente : 
Comment était-il ? A qui ressemblait-il? Etait-il bien tourné ? Je ne saurais le dire.Dans l'amour n ne voit rien, ni regards, ni traits, ni ressemblances. Quand vous n'êtes qu'un pauvre insecte devant la lumière de ses yeux, pouvez vous dire qu'elle taille il a et s'il est brun ou blond ?


Kester apparaît finalement assez peu dans le roman, d''autant plus que Prue se sentant indigne de lui s'évertue à l'éviter, mais sa présence, ses interventions sont remarquables.
Kester est un pour moi le parfait héros. Capable de voir la beauté en toute chose (dès le premier chapitre le ton est donné )

Kester a la marotte de parler ainsi. Jamais il ne dira des chenilles , mais, par exemple : « Prue, il y a des tas de papillons prêts à naître sur nos choux ». Il ne dira pas non plus « c'est l'hiver », mais « l'été dort ». Et il n'est bourgeon si petit ni si tristement coloré que Kester n'appelle « le début de la floraison »
, il est honnête, protecteur, prêt à se battre pour ses convictions. Si il n'est pas matérialiste, peut être indifférent devant un joli visage, ce n'en est pas moins un héros « charnel »(bon ça reste quand même très pudique hein, pas de scènes hot ici) , la première entrevue entre Prue et Kester est particulièrement originale et révélatrice. Leurs rencontres sont marquantes avec une intervention héroïque de Prue ou encore une magnifique entrevue sur fond de métamorphose de libellules « travail pareil à celui de l'enfantement, déchirement semblable à celui de la mort » , Prue va prendre aussi son envol, osant enfin espérer que Kester puisse éprouver des sentiments pour elle.
Sachant tous deux écrire, ils ont aussi un échange épistolaire original puiqu'ils révèlent leurs sentiments tout en écrivant pour d'autres.
Mais l'histoire de Prue et Kester n'est qu'une des histoire de Sarn.
Le livre est dominé par la figure de Gédéon, le frère de Prue, qui contraste fortement avec celle de Kester. Gédéon est aussi un homme fort et déterminé, mais d'une incroyable dureté,nul cœur ou bonté ne tempérant cette force. Il est décidé à faire fortune et est prêt à tout sacrifier pour cela, sa mère, sa sœur , son amoureuse Jancis. Ses actes sont terribles et alors qu'il semble sombrer dans la folie, petit à petit le récit tourne à la tragédie .
Le final est à la fois horrible à cause des pertes que subit Prue et de la réaction des villageois mais aussi très exaltant (quoiqu'un eu précipité)grâce à l'intervention de Kester.

Voilà après une énième relecture, vous l'avez deviné, j'aime toujours autant ce livre. Cela fait partie des romans où je perçois toujours quelque chose de nouveaux à chaque lecture. Par exemple je ne me souvenais pas que Prue citait aussi souvent la Bible (elle ne semble pas par ailleurs particulièrement dévote) mais c'est logique vu que c'est la seule littérature à laquelle elle a accès. Et là  sûrement de part mon évolution personnelle, les figures maternelles m'ont particulièrement émue que ce soit la mère de Prue, accablée de culpabilité, ou la mère de Jancis, toutes deux tentant de provoquer le bonheur de leurs filles.

Toujours un coup de coeur pour moi coeur Evalluation 5/5


Dernière édition par Kester le Ven 22 Mai 2015 - 18:33, édité 1 fois
avatar
Kester
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 475
Date d'inscription : 21/07/2014
Age : 42
Localisation : la tête plongée dans un bouquin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarn de Mary Webb

Message  lily31 le Ven 22 Mai 2015 - 12:30

@Kester, Ah merci pour ton résumé .. c'est tellement bien décrit.. je me suis plongée dans l'atmosphère de Prue .. ça sent le coup de coeur.. Very Happy Very Happy Very Happy
j'espère juste que la traduction est bonne par rapport à la VO ???

Je vais de ce pas :
1- Me le procurer
2-L'intégrer dans MEGA PAL
3-Le prévoir en prochaine Lecture !!!!

vite sur mon site préféré A***** pour voir s'il existe en numérique !

Merci Kester (je ne verrais plus ton pseudo du même oeil cheesygrin cheesygrin cheesygrin )
avatar
lily31
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 835
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarn de Mary Webb

Message  Pristi le Ven 22 Mai 2015 - 18:03

Merci pour cet avis Kester. Je ne connaissais pas, quoique quand je lis ton avis, ça me dit vaguement quelque chose. Mais comme j'aime les classiques, je vais faire comme lily31 et me le procurer.
avatar
Pristi
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 2555
Date d'inscription : 05/10/2013
Age : 42
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarn de Mary Webb

Message  Bookinette le Ven 22 Mai 2015 - 18:25

C'est un livre que j'ai lu il y a longtemps et que j'ai infiniment aimé. J'ai la vieille version poche (j'adore les vieux poches...)


J'ai le souvenir d'un livre qui montrait l'extrême rudesse de la vie paysanne et j'avais adoré les personnages. bulle C'est un livre qui m'a vraiment marquée et j'ai une envie folle de le relire maintenant  titter

Kester, je n'avais même pas percuté que ton pseudo venait de là 

Il y a eu un long métrage tiré du livre, réalisé par Claude Santelli. Je l'avais regardé sur le site de l'Ina où il était en visionnage libre.  Wink
avatar
Bookinette
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 3491
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : région de Toulouse
Humeur : ♥ Reyes addict ♥♥ Scott Eastwood addict ♥

http://chezbookinette.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarn de Mary Webb

Message  Midinette2 le Ven 22 Mai 2015 - 18:40

Ce roman....quel choc ! Je l'ai lu et relu il y a longtemps mais je ne l'ai pas oublié et il fait partie de mon "Top 10" comme on dit !
Mais je préfère la couverture "Poche", beaucoup plus belle, à cette nouvelle qui ne me fait pas rêver.
Pourquoi y a-t-il tant de couvertures aujourd'hui qui ne font plus rêver alors qu'il existe tant de dessinateurs(trices) de talent?
Quand on choisit un livre on est attiré par la couverture même si on n'arrête pas de nous dire qu'il ne faut pas le faire... et si l'artiste a bien compris son contenu il(elle) aura su le montrer...
coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation (je ne sais pas quel est le maximum)
avatar
Midinette2
Débutante au bal
Débutante au bal

Messages : 16
Date d'inscription : 04/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarn de Mary Webb

Message  Kester le Ven 22 Mai 2015 - 18:44

Je ne connaissais pas cette adaptation ,merci Bookinette, je file faire un tour sur le site de l'INA .
Et je suis d'accord pour la couverture, la version Grasset et sans charme , j'avais la vieille version poche mais prêtée et jamais revue  Crying or Very sad
Sinon lily31 il existe en ebook en VO mais pas en VF je crois.
avatar
Kester
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 475
Date d'inscription : 21/07/2014
Age : 42
Localisation : la tête plongée dans un bouquin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum