Une saison à Longbourn - Jo Baker

Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  Elea le Lun 7 Avr 2014 - 20:31

Jo Baker
Une saison à Longbourn


baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker 858148GIAfw8RMTfCqOyHACV0Cqou8ID8

Présentation de l'éditeur

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.

Sortie le 2 avril 2014 chez Stock


Voilà un livre qui a l'air intéressant !

_________________
baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Book_b10
"De Thorn elle s'était attendue à tout. Brutalité. Mépris. Indifférence. Il n'avait pas le droit de tomber amoureux d'elle."
Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos

Elea
Elea
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 8875
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 30
Localisation : Au chaud sous mon plaid
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  Pristi le Mar 8 Avr 2014 - 10:59

Je l'ai acheté hier !
Pristi
Pristi
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 3447
Date d'inscription : 05/10/2013
Age : 44
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  everalice le Mar 8 Avr 2014 - 12:55

@Pristi a écrit:Je l'ai acheté hier !

J'ai prévu de faire comme toi !  Wink
everalice
everalice
Déesse de la romance
Déesse de la romance

Messages : 4768
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 49
Localisation : Rennes

http://leslecturesdeveralice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  Elea le Lun 5 Mai 2014 - 18:33

Voici un beau détournement d'Orgueil et préjugés ! J'ai beaucoup aimé ! 
L'histoire se déroule en même temps que le classique de Jane Austen, mais du point de vue cette fois des domestiques. Nous suivons Mrs Hill l'intendante et son mari, Polly et surtout Sarah les femmes de chambres. Leur petit monde est bouleversé par l'arrivée d'un nouveau valet, James. Sarah, qui ne supporte pas son indifférence, le détestera tout de suite. Mais souvent, les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être... 
J'ai particulièrement apprécié le ton du roman, qui ressemble beaucoup à celui de Jane Austen, en moins romantique peut-être. Puisque nous avons affaire à des gens de basse condition, la réalité est plus abrupte. Ce n'est donc pas une romance à proprement parlé, car l'aspect historique est très présent, mais c'est une belle histoire d'amour. 
J'ai éprouvé beaucoup d'affection pour ses domestiques qui restent la plupart du temps dans l'ombre, mais dont la vie se trouve chamboulée plus d'une fois. J'ai aimé voir certains événements d'Orgueil et préjugés qui sont passés sous silence dans l'oeuvre originale mais qui sont abordés ici avec un œil nouveau. L'auteur prend quelque libertés, mais elles passent très bien.
A n'en pas douter, ce roman plaira aux adeptes de Jane Austen ! 

 coeur Evalluation  coeur Evalluation  coeur Evalluation  coeur Evalluation  , 25 / 5

_________________
baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Book_b10
"De Thorn elle s'était attendue à tout. Brutalité. Mépris. Indifférence. Il n'avait pas le droit de tomber amoureux d'elle."
Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos

Elea
Elea
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 8875
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 30
Localisation : Au chaud sous mon plaid
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  Zazazoo le Lun 5 Mai 2014 - 19:27

J'ai failli le prendre samedi ! Merci pour ce bel avis tentateur ! Wink  Okay 
Zazazoo
Zazazoo
Lady Administratrice
Lady Administratrice

Messages : 12766
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 35
Humeur : Hopeless romantic with a dirty mind ♥

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  Pristi le Mer 21 Mai 2014 - 18:55

C'est intéressant de voir Orgueil et préjugés côté coulisses.
Et comme on voit peu les héros de Jane Austen, il n'y a pas de déception sur la vision des personnages qu'en a l'auteur.
Pristi
Pristi
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 3447
Date d'inscription : 05/10/2013
Age : 44
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  Isatis le Ven 6 Mar 2015 - 20:41

Réédition en poche le 1er avril 2015 chez Le livre de poche


baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker 11052541_824598124281856_5392271550451046022_n


_________________
baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Sans_t14
“I used to be an angry, lonely prick. Then I met a guy with four amazing kids and more issues than the Sports Illustrated back catalog and boom—happiness.”  “Boom, happiness?”  “Okay, boom. Boom. More booms. A mushroom cloud. Then happiness.” Cherish, Tere Michaels
Isatis
Isatis
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 9384
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 39
Localisation : Le Sud!!!
Humeur : Evan & Matt addict ♥

Revenir en haut Aller en bas

baker - Une saison à Longbourn - Jo Baker Empty Re: Une saison à Longbourn - Jo Baker

Message  everalice le Mer 25 Avr 2018 - 19:50

Un petit bijou que je regrette bien d'avoir oublié aussi longtemps dans ma PAL !
Pour les adeptes de Jane Austen, mais aussi pour les amoureuses de romances régences, ce livre fait figure d'ovni, tant par le contenu que par la langue et les partis-pris.
Car tout au long de ce merveilleux roman, nous suivons le quotidien, les interrogations, les enjeux, les tensions, les frissons et les peurs, les ambitions aussi, le dur labeur, la lassitude, du petit monde domestique de Longbourn.
Longbourn préfigure aussi bien le décor de toutes nos histoires régences, peuplées de richissimes aristocrates dont la vie parfaitement réglée, douce et plaisante, est consacrée aux plaisirs et aux relations sociales. Toutes nos chères romances régence se soutendent tout à coup, grâce à ce titre, du fourmillement zélé d'innombrables petites mains dévouées et sacrifiées...
Jo Baker a le goût du risque, car en se consacrant à  l'envers du décor, on pourrait lui reprocher de trop s'éloigner de l'oeuvre originelle. Soit.
En vérité, le sujet n'est pas vraiment là.
Si l'on retrouve, à petites touches savoureuses et divinement dosées, les ressorts du roman de Jane Austen (Orgueil et Préjugés), ce n'est que pour faire mieux ressortir la justesse et la profonde humanité de ces personnages invisibles dont l'auteur fait des êtres de chair et de sang, corvéables à merci, épuisés et rompus à leur condition sociale, quoique totalement invisibles aux yeux des grands de ce monde (Darcy, par exemple, ne les voit tout simplement pas).
On se rend compte du profond déterminisme social qui régissait alors les êtres, de leur enfermement dramatique dans plusieurs strates d'obligations, tous étages confondus. On touche du doigt les difficultés quotidiennes que devaient affronter toutes ces petites armées au service de la moindre maisonnée de la gentry ou de la haute noblesse, de leur misère adossée à l'extrême opulence de leurs maîtres. On prend conscience aussi du labeur exigé par une multitude de gestes quotidiens, allant de la confection du savon, à l'allumage des feux, la confection des repas, le nettoyage des habits,... Et l'infinie servitude d'êtres complètement à la merci de leurs employeurs, bien souvent inconscients de la réalité de leur dure vie, alors que tout ce petit monde vit en communauté sous le même toit.
Le livre, évidemment, ne se limite pas à cela, même si c'est clairement un des aspects qui m'a le plus enthousiasmée.
L'histoire, dans une magnifique langue maîtrisée, ronde et ample, qui sait se faire presque lyrique, parfois tragique, en tout cas qui fait mouche, m'a tellement captivée que j'ai achevé le tout en 24 heures, sur deux jours de travail pourtant...
Sarah, la jeune bonne, m'a passionnée, avec ses envies d'autre chose et de liberté, sa naïveté, sa lucidité, et sa simplicité, enrobées de force et de courage. Auprès d'elle Polly, la petite de 12 ans, s'émerveille et garde sa fraîche candeur d'enfant, sous l'aile protectrice et rigoureuse de Mrs Hills, la gouvernante au cœur écorché, la fée protectrice de la maison dont le secret est peu à peu révélé. James Smith, le mince valet, débarque un jour dans ce petit monde ordonné. Un jeune homme taciturne et secret dont se méfie Sarah au premier abord, tandis que son cœur balance pour Ptolémé Bingley, le valet mûlatre des Bingley à l'élégante désinvolture. Ce sont ses premiers émois, ses premiers désirs, ses premiers doutes.
Le coup de force de Jo Baker, c'est aussi que ses personnages sont loin d'être ce qu'ils paraissent au premier abord.
Lors des premiers chapitres, une trame un peu convenue se dessine dans notre esprit, bien malgré nous, pauvres lectrices un peu formatées que nous sommes...
Or l'auteur, subrepticement et avec beaucoup d'élégance, nous dévoile peu à peu les strates intérieures, de ses différents protagonistes, bien plus complexes et riches, et qui prennent parfois même une teinte dramatique très touchante.
Au dessus de tout cela, les personnages de Jane Austen s'ébattent à petites touches.
On ne rentre pas dans l'histoire originale, on la frôle sans cesse, puisque l'on n'en connaît que ce qu'en vivent les domestiques. Quelques dialogues entre les héros et les Bennett, des échanges de courriers, des évocations nombreuses de la vie domestique chez les Bennett, un arrêt sur images sur Mme Bennett, qui l'éclaire d'une lueur sensible et pitoyable, tandis que Mr Bennett n'est plus ce doux misanthrope cloîtré dans sa bibliothèque, mais un homme non dépourvu de fautes, un Wickam imposant son inquiétante obséquiosité,... ces dizaines d’occurrences, parfaitement imbriquées dans le roman, donnent à l'ensemble la couleur d'origine en y ajoutant toutefois une gravité qu'on y trouve pas forcément à cette dose.
Je n'ai pas été sans penser à Rose Lerner qui a elle aussi pris le parti d'écrire des romances ayant pour héros des gens de petite condition ou même à Carla Kelly, toujours pas traduite en français, malheureusement. Trois auteurs qui mine de rien s'affranchissent des codes et renouvellent le genre régence.
coeur Evalluation   coeur Evalluation   coeur Evalluation   coeur Evalluation  , 5 / 5
everalice
everalice
Déesse de la romance
Déesse de la romance

Messages : 4768
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 49
Localisation : Rennes

http://leslecturesdeveralice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum