La série des Peabody - Tome 2 : La malédiction des pharaons d'Elizabeth Peters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La série des Peabody - Tome 2 : La malédiction des pharaons d'Elizabeth Peters

Message  Patience le Lun 25 Juil 2011 - 16:21

La série des Peabody
Tome 2 : La malédiction des pharaons
d'Elizabeth Peters




Tome 1 : Un crocodile sur un banc de sable

Résumé

C'était bien l'intention de sir Henry de poursuivre ses fouilles à Louxor jusqu'aux fondations de l'édifice pour s'assurer que la sépulture n'avait pas été découverte lors de la précédente expédition. Et de fait, à peine les ouvriers s'étaient-ils mis à l'œuvre, que leurs pelles dégagèrent la première marche d'un escalier taillé dans le roc. Le Times en fit un compte rendu détaillé en page trois. La dépêche suivante, en provenance de Louxor, eut droit en revanche à un gros titre
en première page. Sir Henry Baskerville était allé se coucher la veille en pleine santé. On l'avait retrouvé le lendemain matin dans son lit, rigide et sans vie, le visage déformé par l'épouvante. Sur son front, on reconnaissait, grossièrement dessiné avec du sang, un uræus, le cobra sacré des anciens Egyptiens, le symbole divin des pharaons."


Mon avis

Je vais vous avouer une chose, je n'ai pas mais vraiment pas du tout aimé les premiers chapitres. Attention, j'adore Peabody et Emerson, j'adore Ramses, j'adore Emerson et Ramses mais j'ai énormément de mal avec la relation Peabody/Ramses. Donc, j'ai un peu ramé sur le début et puis ….

Et puis notre couple est reparti en Egypte et là … plus moyen de m'arrêter. J'ai retrouvé tous les ingrédients qui m'ont fait adoré le premier. La verve de Peabody, le caractère de cochon d'Emerson, son amour de l'archéologie... Et puis, il y a aussi la façon dont l'auteur joue avec les peurs ancestrales, les malédictions mais nous devons l'avouer aussi l'immoralité et la malhonnêteté des Européens qui n'hésitaient pas à piller la richesse de l'Egypte. Pourtant son récit n'est pas manichéen, Elizabeth Peters nous montrent aussi les mauvaises habitudes (ou tout simplement le mode de survie) des autochtones pilleurs de tombes. Mais le plus de ce récit réside dans la relation entre nos héros. Ils n'ont rien perdus de leur verve, les piques volent
mais la tendresse, parfois teintée de moquerie, rend leur couple des plus attachants.

Je ne dirais rien du dénouement mais j'avoue avoir totalement été baladée par les diverses hypothèses de l'auteur qui sème tantôt le chaud tantôt le froid …
avatar
Patience
Lady enviée
Lady enviée

Messages : 133
Date d'inscription : 08/07/2011
Age : 38
Localisation : Whestorpe ou Kensington selon l'humeur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum