La Rue qui nous sépare de Célia Samba

Aller en bas

La Rue qui nous sépare de Célia Samba Empty La Rue qui nous sépare de Célia Samba

Message  Agalactiae Mar 26 Jan 2021 - 14:09

La Rue qui nous sépare
de Célia Samba



La Rue qui nous sépare de Célia Samba 51dvv210



Résumé :

Noémia a dix-neuf ans, Tristan vingt et un. Ils se croisent tous les jours, ils se plaisent, c’est évident. Mais Noémia est étudiante et Tristan est sans-abri. Entre eux, il y a le froid, la société ; entre eux, il y a la rue… qui est difficile à traverser.

Sortie le 20 janvier 2021 chez Hachette Romans

_________________
La Rue qui nous sépare de Célia Samba Sans_t11
Agalactiae
Agalactiae
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 3747
Date d'inscription : 16/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

La Rue qui nous sépare de Célia Samba Empty Re: La Rue qui nous sépare de Célia Samba

Message  Agalactiae Dim 21 Fév 2021 - 11:57

La rue qui nous sépare est vraiment un roman très singulier. Nous allons suivre Noémia, surnommé Mia, et Tristan. Ce n'est pas une rue qui les sépare en réalité mais tout un monde. L'un est un sans-abri, l'autre étudiante en droit. Au fil des pages, Mia et Tristan vont se regarder, se parler, se croiser...

Il est difficile de parler de ce roman pour être honnête. L'auteur aborde énormément de thèmes dans ce récit, et en donner certains risquerait de dévoiler trop d'éléments importants de l'histoire.

J'ai été happée par cette histoire, une histoire divisée plusieurs parties, la première étant celle de la découverte, des premiers regards et premiers mots entre Tristan et Mia. J'ai adoré cette première partie où on a plein de passages émouvants et qui donnent le sourire. Les deux autres sont plus compliquées à résumer, encore une fois, plus douloureuses à lire aussi par moments.

J'ai vraiment aimé l’héroïne. Mia est une jeune femme sensible et attachante. Renfermée sur elle-même, elle ne va jamais vers les autres, alors comment aborder un jeune homme assis par terre ? Son manque de confiance en soi est flagrant, ce qui est compréhensible quand on sait par où elle est passée dans sa jeune vie.
Tristan est un personnage hyper complexe, un personnage que l'on apprend à connaître au fil des pages. J'ai été bouleversée par ce jeune homme, par sa vie, son quotidien.
L'alchimie arrive doucement mais sûrement entre les deux personnages, ils sont beaux à voir tous les deux, vraiment. Cette complicité étonne Tristan comme Mia, les regards qui veulent dire beaucoup mais aussi une histoire entachée par les non-dits et tout ce qui en découle.

La fin est étrange, frustrante d'un côté et bouleversante de l'autre.
Spoiler:
L'auteur a choisi de nous laisser le choix et de nous offrir deux fins.
La première fin est triste, cruelle, réelle. Celle qui m'aurait laissé en morceaux à dire vrai, mais qui est réelle aussi. La deuxième fin est celle de l'espoir, celle d'un monde meilleur dans lequel les gens ne sont pas égoïstes, sont tolérants et se remettent en question. Lorsqu'on voit le monde dans lequel on vit aujourd’hui, on peut dire que ce monde n'arrivera jamais et que cette fin ne peut avoir lieu. Cependant, dans un monde de bisounours, c'est à celle-ci qu'on veut croire. Cependant, cette deuxième fin m'a laissé sur un sentiment un peu étrange, comme si cette fin n'était pas à la hauteur de ce joli couple. Rajouté un certain élément concernant Valentin, le cousin de Mia, n'était pas nécessaire du tout. Le fait que Tristan revoie son ex et les sentiments qui l'accompagnent m'a miné en fait, pour moi c'était un peu comme si Mia était son second choix.

L'auteur retranscrit bien la frontière existant entre le monde de Mia et celui de Tristan. Une frontière qui semble fine, voire presque inexistante par moment, pour réapparaître brutalement et créer un fossé encore plus grand entre nos deux personnages. Elle retranscrit bien aussi le froid, la peur, la faim, la violence de la rue mais celle aussi du regard des gens qui n'en reste pas moins douloureuse.
Si j'ai eu quelques critiques concernant cette fin, je dois dire que c'était osé et original aussi de la part de l'auteur. C'est une fin qui fait réfléchir aussi, un peu comme si on disait : « tu vois quelle fin ? Si c'est celle-ci, alors à nous de nous bouger... »

Je crois que ce roman est le premier de Célia Samba. La plume est vraiment très belle, douce, fluide. Je ne manquerai pas de lire les prochains ouvrages de l'auteur dans l'avenir !


coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation , 9 / 5

_________________
La Rue qui nous sépare de Célia Samba Sans_t11
Agalactiae
Agalactiae
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 3747
Date d'inscription : 16/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum