Je m'appelle Budo de Matthew Dicks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je m'appelle Budo de Matthew Dicks

Message  Elea le Jeu 20 Aoû 2015 - 9:58

Je m'appelle Budo
de Matthew Dicks


Résumé :

Budo est un ami imaginaire plutôt chanceux : cela fait cinq ans que Max le fait vivre. Mais Max n'est pas un garçon comme les autres : il est atteint du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. Si Budo sait qu'il vivra dans l'imaginaire de Max plus longtemps que les amis imaginaires des autres enfants, il sait aussi qu'il risque de disparaître. Budo s'est chargé de protéger Max : contre les disputes des parents, contre un garçon du CM2 qui le violente, etc. Mais Budo se retrouve impuissant lorsque Max se fait enlever par Mme Patterson, sa maîtresse. Avec une équipe d'autres amis imaginaires, il va tout faire pour le libérer...

Paru le 14 septembre 2013 chez Flammarion.

_________________

"C'était un être anguleux de corps comme de caractère, sans jamais une formule aimable, ni un geste galant, ni un mot d'humour. Il fallait avoir une bonne motivation pour regarder Thorn en face. Ophélie en possédait une."
La Mémoire de Babel de Christelle Dabos

~ Mes vidéos Youtube ~
avatar
Elea
Lady Administratrice

Messages : 7517
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 28
Localisation : Sous le soleil
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je m'appelle Budo de Matthew Dicks

Message  Elea le Jeu 27 Aoû 2015 - 11:08

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Budo n'est pas un livre comme les autres ! 

Je ne savais pas réellement à quoi m'attendre en commençant ce roman, et j'en ressors un peu sonnée. Difficile de dire si Budo est un livre pour adultes ou pour enfants. Le ton employé pour nous narrer l'histoire est enfantin, mais les sujets traités sont graves. 

On va suivre du point de vue de Budo, l'ami imaginaire de Max, un petit garçon pas comme les autres, atteint d'une forme d'autisme. Il n'aime pas les gens et n'a qu'un seul ami : Budo. Budo est le plus vieux des amis imaginaires, il ressemble beaucoup à un humain et est très intelligent. Mais comme Max, certaines choses lui échappent. Jusqu'au jour où Max va se faire enlever par une de ses maîtresses, et que Budo, qui a assisté à la scène mais ne peut prévenir personne, va comprendre qu'il est le seul capable de l'aider. 

L'histoire est un peu longue à démarrer. Pendant plus de 100 pages on vit au rythme de Max et Budo. On apprend à mieux connaître ce petit garçon et on se rend compte que Budo a une vraie personnalité. Il aime Max, mais il est obsédé par l'idée qu'il disparaîtra un jour, quand son ami humain cessera de croire en lui. Ils sont tous les deux très dépendants l'un de l'autre, pour le meilleur mais aussi pour le pire. 

Puis Max se fait enlever, et alors il est difficile de lâcher le livre. Comme Budo, on a envie de le retrouver pour s'assurer qu'il va bien, qu'il n'est pas "pétrifié" quelque part. On a envie de secouer Budo, de lui dire d'arrêter de penser à lui-même et d'aller sauver Max, peu importe ce qui lui arrivera. Et quand il le fait enfin, c'est beau, tout simplement. 

Comme je le disais juste avant, j'ai été étonnée de voir que le livre traite de sujets beaucoup plus sérieux qu'il n'y parait. Budo parle sans arrêt de la mort et de l'oubli, mais l'auteur aborde aussi d'autres thèmes de manière plus subtile : la différence, la tolérance, la peur de l'inconnu et l'acceptation de soi. 

J'ai beaucoup aimé l'aspect un peu étrange de ce livre, et notamment les autres amis imaginaires, qui vont tous aider Budo à leur façon. J'ai trouvé très touchante la relation qui unit chaque enfant à son ami imaginaire. Il y a une sorte de poésie qui sort de tout cela.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce livre. C'est une lecture originale, qui m'a touchée. 

coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation coeur Evalluation  , 5 / 5

_________________

"C'était un être anguleux de corps comme de caractère, sans jamais une formule aimable, ni un geste galant, ni un mot d'humour. Il fallait avoir une bonne motivation pour regarder Thorn en face. Ophélie en possédait une."
La Mémoire de Babel de Christelle Dabos

~ Mes vidéos Youtube ~
avatar
Elea
Lady Administratrice

Messages : 7517
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 28
Localisation : Sous le soleil
Humeur : Rêveuse

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum