Teaser Tuesday #132

Aller en bas

Teaser Tuesday #132

Message  Zazazoo le Mar 21 Avr 2015 - 7:54

C'est mardi et le rendez-vous hebdomadaire du Teaser Tuesday ! Donnez-nous envie, les filles ! Wink


Teaser Tuesday est un concept américain, lancé à l’origine par Should be Reading, et suivi chaque semaine par des milliers de blogueurs à travers le monde.

Nous avons donc ainsi décidé de nous prêter au jeu et de les rejoindre !

Le principe est simple : chaque mardi, attrapez votre lecture en cours (ou celle que vous venez juste de terminer si vous n’en êtes qu’au tout début) et partagez avec nous une ou deux citations de cet ouvrage.

Le but est de nous faire vivre vos plus beaux moments de lecture & de « teaser » vos copinautes (en bref, leur donner envie de lire, rien qu’avec ces deux citations).

Comment participer ?

Chaque semaine, un nouveau sujet sera ouvert et vous permettra de poster les noms de l’œuvre et de l’auteur, la couverture (si possible) en format moyen, puis vos citations.

Une seule petite règle à respecter (et ce pour des raisons évidentes), nous vous demandons de ne pas mettre de spoilers ! Évitez ainsi les : « Luke, je suis ton père ! » ou encore « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.».  

Attention, le sujet sera verrouillé à minuit.

Bon mardi, et à vos plumes ! Wink

PS : Je rappelle qu'une citation n'est pas un extrait d'une demi-page !


Dernière édition par Zazazoo le Mar 28 Avr 2015 - 9:04, édité 1 fois
avatar
Zazazoo
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 11054
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 33
Humeur : Hopeless romantic with a dirty mind ♥

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #132

Message  Ceylyne le Mar 21 Avr 2015 - 13:43

Voici iun petit extrait de Mentir le tome 2 de la série Ten Tiny Breaths de K.A. Tucker qui m'a beaucoup ému 


Contexte
Livie est bénévole auprès d'enfants malades, et passe notamment ses samedi après-midi avec deux jumeaux Eric et Derek, atteint de leucémie. Dans ce passage, c'est le samedi d'Halloween, et tous les trois évoquent leur "soirée"

      – Nous aussi on devait avoir une fête aujourd’hui, mais ils l’ont annulée.
      – Ah et pourquoi ?
      – À cause de Lola.
      Lola. Prise d’effroi, le bas de mon dos se glace. Il n’y a qu’une seule explication à l’annulation d’une fête pour des enfants qui en ont plus que besoin. Je ne souhaite pas le demander, pourtant je le fais, sans pour autant parvenir à gommer le chevrotement de ma voix.
      – Que s’est-il passé avec Lola ?
      Je vois Derek relever la tête pour échanger un regard avec son frère. Lorsqu’Éric me regarde à nouveau, il y a de la tristesse dans ses yeux.
      – Je ne peux pas te le dire parce qu’on a fait un pacte.
      – Lola...
      Je me racle la gorge pour chasser la boule qui s’y est formée. La torpeur s’abat sur moi.
      – Dis, Livie, pourquoi on ne peut pas en parler ? C’est parce que ça te rend trop triste ?
     Parce que ça te rend trop triste. Il lance cette phrase de sa petite voix, si innocente et curieuse. Et elle m’éclaire. Bonne question, Éric. Est-ce que cette règle n’était pas finalement davantage pour moi que pour eux ? Je ferme les yeux en réaction au flot de larmes qui menace de couler. Je ne peux pas craquer devant eux. Vraiment pas.
       Deux petites mains se posent alors sur chacune de mes épaules.
      À travers ma vision toute floue, j’aperçois les jumeaux à mes côtés. Derek me regarde à présent les sourcils froncés.
       – Ça va aller, Livie, dit-il d’un ton rauque, ne t’inquiète pas.
      Deux enfants de cinq ans, souffrant de cancer et venant de perdre une de leurs amies, sont en train de me réconforter. Moi.
avatar
Ceylyne
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 1369
Date d'inscription : 28/01/2014
Age : 29
Localisation : Auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #132

Message  Julie-Ambre le Mar 21 Avr 2015 - 16:26

Je suis en train de faire le ménage de ma bibliothèque avant mon déménagement, et je suis tombée sur un bouquin que j'ADORE. Du coup, vu que j'avais envie de rire un peu hier soir, je me suis replongée dedans !
Les dialogues entre Jaine et Sam sont à juste géniaux ! Smile


— Vous tenez vraiment à me priver de sommeil, hein ? J'ai jamais vu une bonne femme aussi bruyante !

Devant tant d'injustice, Jaine oublia que son voisin lui
faisait un tout petit peu peur. Elle se redressa et s'avança vers lui, enhardie par les talons de cinq centimètres qui la hissaient au niveau de son... menton. Presque.

C'était une armoire à glace ? Et alors ? Elle était furieuse et, c'est bien connu, la colère décuple les forces.

— Je suis bruyante ? demanda-t-elle en montrant les crocs.

Difficile d'avoir du coffre quand on serre les dents. Mais elle fit de son mieux.

— Je suis bruyante ?

Elle pointa son index sur le torse du type. Elle n'osait pas le toucher, parce que son tee-shirt était troué et taché de... quelque chose.

— Ce n'est pas moi qui ameute le quartier en pleine nuit avec ce tas de ferraille que vous appelez une voiture ! Achetez un silencieux, bon sang ! Et ce n'est pas moi qui claque une fois ma portière, trois fois la moustiquaire - vous aviez oublié votre bouteille, sûrement - et laisse le lampadaire allumé exprès pour éclairer ma chambre et m'empêcher, moi, de dormir !

Il ouvrit la bouche pour répliquer, mais elle n'avait pas
terminé.

— Par ailleurs, j'estime qu'il est moins débile de penser que les voisins donnent à 3 heures du matin qu'à 2 heures de l'après-midi, ou encore (elle consulta sa montre) à 7 h 23 du matin !

Bon sang, elle était vraiment à la bourre.

— Alors dégage, mon pote ! Noie-toi dans ta bouteille, et tu feras de beaux rêves.

Emportée par sa fougue, Jaine finit par toucher le tee-shirt. Beurk. Elle n'avait plus qu'à se plonger le doigt dans l'eau bouillante.

— Je vous rachèterai une poubelle demain, alors lâchez-moi la grappe. Et ne vous avisez pas de toucher au chat de ma mère, ou je vous étripe cellule par cellule. Je bousillerai votre ADN au point que vous ne pourrez jamais vous reproduire, ce qui sera un grand bienfait pour l'humanité.

Elle le détailla de haut en bas, d'un regard qui englobait ses haillons crasseux et sa mâchoire râpeuse.

— Pigé ?

Il hocha la tête.

Elle expira un bon coup pour reprendre ses esprits.

— Très bien. Affaire classée. Bon sang, vous avez réussi à me faire jurer, alors que j'essaie d'arrêter.

Il lui jeta un regard étrange.

— Ouais, vous devriez surveiller votre putain de langage, marmonna-t-il.

Elle dégagea les cheveux qui lui couvraient le visage, se demandant si elle s'était coiffée avant de sortir de chez elle.

— Je suis en retard, dit-elle. J'ai très mal dormi et je n'ai rien avalé, pas même un café. Il vaut mieux que je parte avant de vous blesser.

— Sage décision. Ça m'embêterait de devoir vous arrêter.

Elle ouvrit de grands yeux.

— Quoi ?

— Je suis flic, dit-il avant de tourner les talons.

Interloquée, elle le regarda rentrer chez lui. Un flic?

— Et merde !

_________________
avatar
Julie-Ambre
Lady Administratrice

Messages : 9956
Date d'inscription : 23/11/2010
Localisation : Entre Montréal et le ciel du Nord
Humeur : Busy like a bee...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #132

Message  everalice le Mar 21 Avr 2015 - 17:33

JA, j'avais notée la même scène lorsque j'avais lu Mister Perfect. Une scène d'anthologie, dans laquelle intervient aussi un couvercle de poubelle en métal, si mes souvenirs sont bons  Smile J'adore !

De mon côté, je suis captivée par la beauté de l'écriture de Joanna Bourne alors, pour vous faire partager mon enthousiasme (ou pas^^), voici quelques extraits. 
♥️The Forbidden Rose de Joanna Bourne (Le Maître du secret)  : 

*Un baiser...*
He was sweet and forbidden fruit. Forbidden to her in ten thousand ways. A single desesperate indulgence. She had set him aside and walked away in pain, knowing the exact limits of her freedom. Now she came home to find forbidden fruit growing, unexpectedly, in her garden. Guillaume.
Kisses deep inside her mouth. Kisses that traveled happily across her lips. Kisses that strayed over her face and down her throat so that she raised her head, eyes closed, and gasped for air. Anticipated, anticipated, waited with every stitch of her being for the next small nip, the next lap of his tongue. He was a man who understood many nuances of loving a woman with his mouth. She trembled, thinking that, and pressed herself against him and she was lost in him.
Trad perso:

C'était un fruit défendu si doux. Il lui était défendu de dix mille manières. Un unique plaisir empli de désespérance. Elle l'avait écarté et s'était éloignée le cœur lourd de chagrin, prenant conscience des limites exactes de sa liberté. A présent, elle était rentrée chez elle et avait trouvé ce fruit qui avait poussé, d'une façon inespérée, dans son jardin. Guillaume.
De profonds baisers. Des baisers franchissant allègrement ses lèvres. Des baisers s'égarant sur son visage et le long de sa gorge, lui faisant lever la tête, les yeux fermés, et suffoquer. Chaque atome de son être anticipait, anticipait, attendait, le moindre petit mordillement, la prochaine caresse de sa langue. Cet homme connaissait de nombreuses nuances dans l'art d'aimer une femme avec sa bouche. Elle trembla en pensant cela, et se pressant contre son corps, elle s'abîma en lui.

*Un portrait de Guillaume / William*
At Versailles, she had lived among the great men of France, the brilliant, influential men who ruled half the world. Men of privilege and ancient title, of wit and dashing charm. Guillaume was the warrior who enters the king's hall in black armor and throws down his gauntlet. Beside Guillaume, the men of the court looked like vicious children, playing corrupt games.
Trad perso:

A Versailles, elle avait vécu au milieu des grands hommes de France, ces hommes brillants, influents, ceux qui dirigeaient la moitié du monde. Des hommes aux titres anciens et privilégiés,  pleins d'esprit, au charme fringant. Guillaume était le guerrier qui pénétrait dans la cour du château en armure noire et qui jetait son gant. A côté de Guillaume, les courtisans faisaient figure d'enfants vicieux adonnés à des jeux corrompus.

Et ma lecture en cours, Rogue Spy : 
*Le passé de Pax vu par Cami...*
He must have survived terrible things to become a metal, like silver, like steel, that you could hammer upon or put through the fire, and it emerged unchanged. The Tuteurs had never broken the strenghth at the center of him.
Trad perso:

Il avait dû survivre à de terribles choses pour devenir un métal, une sorte d'argent, une sorte d'acier, que vous pouviez façonner et tremper dans le feu, mais qui en émergeait inchangé. Les Tuteurs n'avaient jamais brisé le noyau puissant du centre de son être. 

*Et Cami/Vérité vue par Pax...*
He'd painted women clothed, naked, and at every stage in between. This was different. Vérité was more than an image made with pigments and brush. More than blended color and the fall of light. She was touch and smell and taste, breath, life, pulsing blood.
Trad perso:
Il avait peint des femmes habillées, nues, ou à tous les stades intermédiaires. Là, c'était différent. Vérité était plus qu'une image faite à partir de pigments et de brosses. Davantage qu'un assemblage de couleurs et qu'un jeu de lumières. Elle était toucher, odeur et goût, respiration, vie et battement de sang.

C'est long, mais j'ai vu qu'il y a plein de place dans le post aujourd'hui  titter
avatar
everalice
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 4541
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 48
Localisation : Rennes

http://leslecturesdeveralice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum