Teaser Tuesday #110

Aller en bas

Teaser Tuesday #110

Message  Zazazoo le Mar 18 Nov 2014 - 8:02

C'est mardi et le rendez-vous hebdomadaire du Teaser Tuesday! Donnez-nous envie, les filles ! Wink


Teaser Tuesday est un concept américain, lancé à l’origine par Should be Reading, et suivi chaque semaine par des milliers de blogueurs à travers le monde.

Nous avons donc ainsi décidé de nous prêter au jeu et de les rejoindre !

Le principe est simple : chaque mardi, attrapez votre lecture en cours (ou celle que vous venez juste de terminer si vous n’en êtes qu’au tout début) et partagez avec nous une ou deux citations de cet ouvrage.

Le but est de nous faire vivre vos plus beaux moments de lecture & de « teaser » vos copinautes (en bref, leur donner envie de lire, rien qu’avec ces deux citations).

Comment participer ?

Chaque semaine, un nouveau sujet sera ouvert et vous permettra de poster les noms de l’œuvre et de l’auteur, la couverture (si possible) en format moyen, puis vos citations.

Une seule petite règle à respecter (et ce pour des raisons évidentes), nous vous demandons de ne pas mettre de spoilers ! Évitez ainsi les : « Luke, je suis ton père ! » ou encore « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.».  

Attention, le sujet sera verrouillé à minuit.

Bon mardi, et à vos plumes ! Wink

PS : Je rappelle qu'une citation n'est pas un extrait d'une demi-page !
avatar
Zazazoo
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 11053
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 33
Humeur : Hopeless romantic with a dirty mind ♥

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  ninou-lilou le Mar 18 Nov 2014 - 15:02


[Contexte: après avoir dévoilé toute son histoire, Owen propose à T.J. de l'accompagner sur l'île. Tout d'abord T.J. refuse mais...]

— I know you want to go back to the island with Owen, she says.
I open my mouth to protest, but she shakes her head.
— I know you better than anyone I’ve ever known. I could see it on your face, T.J.
She’s absolutely right. I do want to go. And this time I want to arrive and leave under my own power, not be plunged into the ocean or blown off the beach. I want to stand on that sand and know that I’m there on my terms. I want to know that while I’m there, Anna and the kids are safe at home, waiting for me.
— Not one thing was by choice when we were there, I say. I would like to stand on that beach and know that I’m the one who’s in control this time.
— You know I would never hold you back from doing something you wanted to do, she says. I think you should go with Owen.
— You hate that island, I counter.
— I do, she says. I hate that such a beautiful, breathtaking place almost killed us. But without it I wouldn’t have you. And if you want to go back, then go. You have my blessing.
I nod my head, thinking as I often do that she is the most remarkable person I’ve ever known.


Traduction perso Wink:
— Je sais que tu veux retourner sur l'île avec Owen, dit-elle.
J'ouvre la bouche pour protester, mais elle secoue la tête.
— Je te connais mieux que je n'ai jamais connu personne. Je peux le voir sur ton visage, T.J.
Elle a absolument raison. Je veux vraiment y aller. Et cette fois je veux arriver et partir de ma propre volonté, pas être plongé dans l'océan ou soufflé de la plage. Je veux être debout sur ce sable et savoir que je suis là à mes conditions. Je veux savoir que pendant que je suis là, Anna et les enfants sont en sécurité à la maison, m'attendant.
— Pas une chose n'était par choix quand nous étions là-bas, dis-je. J'aimerais être debout sur cette plage et savoir que je suis celui qui contrôle cette fois.
— Tu sais que je ne t'empêcherai jamais de faire quelque chose que tu veux faire, dit-elle. Je pense que tu devrais aller avec Owen.
— Tu détestes cette île, contrai-je.
— Oui, dit-elle. Je déteste cet endroit si beau, à couper le souffle, qui nous a presque tué. Mais sans elle je ne t'aurais pas eu toi. Et si tu veux y retourner, alors vas-y. Tu as ma bénédiction.
Je fais un signe de la tête, pensant comme souvent je le fais qu'elle est la personne
la plus remarquable que j'ai jamais connu.
avatar
ninou-lilou
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 9873
Date d'inscription : 12/09/2010
Humeur : “You take care of my cop, body and soul.”

Revenir en haut Aller en bas

Teaser Tuesday #110

Message  betty boop le Mar 18 Nov 2014 - 17:29

Je viens de finir Hopeless de Colleen Hoover et je ne peux m'empêcher de vous tenter avec quelques extraits car ce livre est tout simplement sublimissime!!!!



Hopeless est une histoire d'amour très, très forte entre deux adolescents de 18 ans et aussi une histoire de courage car malgré tous les malheurs, il faut pouvoir se relever.
Le premier extrait que je vous propose c'est une rencontre en début de cours au lycée entre Sky et Holder et Breckin le meilleur ami de tout l'univers de Sky. A ce moment là la relation entre cette dernière et Holder n'est pas encore officielle. 


La porte s’ouvre et Holder entre, bientôt suivi de Breckin. Ils me sourient tous les deux, puis se
dirigent vers le fond de la salle, Holder descendant une allée et Breckin une autre, un gobelet de café
dans chaque main. Holder arrive à ma hauteur et commence à s’installer au moment où mon meilleur ami
de tout l’univers va pour déposer les cafés sur la table. Retenant leur geste, ils se lancent un regard puis
se tournent simultanément vers moi.
Trop bizarre.
Alors je fais la seule chose que je sache faire dans les situations gênantes : insuffler une touche de
sarcasme.
— Messieurs, on dirait qu’on a un petit souci, je raille en les regardant tour à tour.
Puis je jette un coup d’oeil au café que tient Breckin.
— Je vois que le mormon a apporté son offrande de café à la reine ? Très impressionnant.
Je me tourne vers Holder en haussant un sourcil.
— Et toi, jeune tatoué désespéré, as-tu un présent à m’offrir afin que je choisisse lequel d’entre vous
me tiendra compagnie sur le trône lycéen aujourd’hui ?
Interloqué, Breckin me fixe comme si j’étais devenue folle tandis que Holder ramasse son sac à dos
en riant.
— J’en connais une qui aurait besoin d’un petit texto désobligeant !
Il balance son sac à dos sur la chaise libre devant Breckin et s’arroge la place.
Ce dernier, toujours debout, tient les deux cafés d’un air totalement perplexe. Je tends le bras pour lui
en prendre un.
— Félicitations, cher chevalier. Tu es l’élu du jour de Sa Majesté. Assieds-toi. Le week-end a été
chargé.
Lentement, Breckin pose la tasse devant lui et, tout en me dévisageant avec méfiance, il fait glisser
son sac à dos de son épaule. Assis de profil à sa table, Holder m’observe.
— Breckin, je te présente Holder, j’annonce en agitant la main vers l’intéressé. On ne sort pas
ensemble mais si jamais je le prends en train d’essayer de battre le record de meilleur premier baiser
avec une autre fille, il n’aura très vite plus l’occasion d’embrasser qui que ce soit.
Le sourcil haussé, Holder me fixe, un sourire s’ébauchant au coin de ses lèvres.
— Ça vaut pour toi aussi, réplique-t-il.
Torturée par ses adorables fossettes, je dois me forcer à le regarder droit dans les yeux au risque,
sinon, de céder à une envie irrésistible qui serait motif à une exclusion temporaire.
D’un geste, je désigne Breckin :
— Holder, je te présente Breckin, mon nouveau meilleur ami de tout l’univers.
Breckin jauge Holder du regard tandis qu’il sourit en lui tendant la main. Hésitant, Breckin finit par la
serrer puis retire son bras et se tourne vers moi en plissant les yeux :
— Est-ce que ce copain avec qui tu ne sors pas est conscient que je suis mormon ?
Je hoche la tête.
— En fin de compte, Holder n’a aucun problème avec les mormons. Uniquement avec les cons.
Breckin éclate de rire et se retourne vers Holder.
— Eh bien, dans ce cas, bienvenue dans cette alliance.
Je trouve jusque là leur histoire très rafraîchissante.
 
Le second passage que je vous fais découvrir est une réconciliation entre Sky et Holder après une bêtise de ce dernier et un mois de suspension dans leur histoire. Ils sont dans la chambre de Sky, sur le lit et s’enlacent.


Je ne supporte plus ce silence, et si je ne vide pas entièrement mon sac dans les secondes qui
viennent, il se peut que je hurle. Je sais que ma voix sera empreinte d’une bonne dose de chagrin et de
tristesse et que je vais avoir du mal à articuler mais tant pis, j’inspire un grand coup et je lui dis la chose
la plus sincère que je puisse lui dire :
— Je suis vraiment en colère contre toi.
Comme si c’était possible, il se débrouille pour me serrer encore plus fort en m’embrassant tout
doucement sur le bord de l’oreille.
— Je sais, Sky…
Glissant la main sous mon tee-shirt, il la pose à plat sur mon ventre en se collant tout contre moi.
— Je sais, répète-t-il tout bas.
C’est incroyable l’effet que peut produire le son d’une voix qu’on rêvait d’entendre. Le temps qu’il
prononce ces cinq petits mots, mon coeur est passé à la moulinette puis on l’a remis dans ma poitrine en
espérant qu’il saurait encore comment battre.
Agrippant cette main fermement posée sur mon ventre, je la serre sans trop réfléchir, brûlant corps et
âme de le toucher pour être sûre qu’il est bel et bien là. J’ai besoin de savoir que tout ça est réel et que ce
n’est pas juste un rêve pénétrant de plus.
La bouche entrouverte, il m’embrasse l’épaule. Le contact de sa langue sur ma peau déclenche
aussitôt une onde de chaleur dans mon ventre, qui se propage violemment jusqu’à mes joues.
— Je sais, répète-t-il encore en explorant lentement ma clavicule et mon cou.
Je garde les yeux fermés car la détresse de sa voix et la douceur de ses caresses me donnent le
vertige. Levant le bras, je passe la main dans ses cheveux en pressant davantage sa tête dans mon cou.
Son souffle chaud devient de plus en plus saccadé et nos respirations s’emballent tandis qu’il couvre et
recouvre de baisers chaque recoin de mon cou.
Après s’être redressé en appui sur un bras, il me fait pivoter sur le dos puis repousse une mèche
devant mes yeux. En le voyant si près, tous les sentiments que je ressens depuis le début pour ce garçon
rejaillissent… Tous sans exception, les bons comme les mauvais. Je ne comprends pas qu’il puisse m’en
faire voir de toutes les couleurs alors que le chagrin dans ses yeux est si frappant. J’ignore si c’est parce
que je n’arrive pas à le cerner ou si, au contraire, c’est parce que je le cerne trop bien, mais à cet instant,
je devine qu’il partage exactement les mêmes sentiments… Ce qui rend son comportement d’autant plus
déroutant.
— Je sais que tu m’en veux, Sky. Et tu as raison, il faut que tu m’en veuilles.
Son regard comme ses mots sont empreints de remords mais il ne s’excuse toujours pas.
— Mais surtout, il ne faut pas que tu me repousses.
Le coeur serré, je fais un effort surhumain pour continuer de respirer normalement. D’un signe de tête,
j’acquiesce, on ne peut plus d’accord avec lui. Je suis folle de rage contre lui mais j’ai par-dessus tout
besoin qu’il soit là, près de moi. Il pose le front contre le mien et on se regarde dans les yeux, éperdus. Je
ne sais pas trop s’il s’apprête à m’embrasser. Je ne sais même pas s’il ne va pas se lever et repartir. Ma
seule certitude à cet instant précis, c’est qu’après sa visite, je ne serai plus jamais la même. Je sais, à
cette espèce de force d’attraction que son existence exerce sur mon coeur, que s’il me fait encore souffrir,
ça n’ira plus, loin de là. Je serai anéantie.
Nos poitrines se soulèvent et retombent doucement à l’unisson tandis que le silence et la tension
s’épaississent. Je ressens le contact de ses mains sur mon visage comme s’il m’étreignait tout entière. Le
moment est si intense que des larmes commencent à me piquer les yeux, et cette émotion inattendue me
décontenance complètement.
— Je suis vraiment en colère contre toi, Holder, je répète d’une voix à la fois tremblante et assurée.
Mais malgré tout, je n’ai pas cessé une seconde d’avoir envie de te retrouver.
Bizarrement, il sourit et fronce les sourcils en même temps.
— Nom de Dieu, Sky, soupire-t-il, le visage tordu par un immense soulagement. Tu m’as tellement
manqué !
 Là c'est le lendemain matin, ils sont toujours chez Sky sa mère s’étant absentée, ils sont dans la cuisine et essayent de trouver des mots pour exprimer se qu''ils ressentent.


— J’ai préféré prendre mes distances et te laisser m’en vouloir parce que c’est vrai, j’ai beaucoup de
problèmes. Seulement je ne suis pas prêt à t’en parler. Et j’ai fait tout mon possible pour t’oublier mais
en fait j’en suis incapable. Je ne suis pas assez fort pour nier éternellement ce qui se passe entre nous. Et
hier au réfectoire, quand tu as pris Breckin dans tes bras en riant… ? C’était génial de te voir heureuse,
Sky. Mais j’aurais tellement voulu être celui qui te faisait rire comme ça ! C’était un supplice que tu
puisses penser que je n’en avais rien à faire de nous ou que l’autre week-end avec toi était un week-end
comme un autre. C’est tout le contraire : c’était le meilleur week-end de toute ma vie. Je te jure, le
meilleur de toute l’histoire des week-ends.
Mon coeur bat à tout rompre, presque aussi rapide que son flot de paroles. Lâchant mon visage, il
me caresse les cheveux puis croise les mains sur ma nuque. Il ne bouge plus et se calme en prenant une
grande inspiration puis reprend :
— Ça me tue, Sky, dit-il d’une voix beaucoup plus posée. Ça me tue car je n’ai pas envie que tu
passes un jour de plus sans savoir ce que je ressens pour toi. Je ne suis pas prêt à te dire que je suis
amoureux de toi car ce n’est pas le cas. Pas encore. Mais quelle que soit la nature de mes sentiments,
c’est bien plus que de l’attachement. Tellement plus ! Ça fait des semaines que j’essaie de faire le point,
de comprendre pourquoi il n’existe pas d’autres mots pour décrire ça. J’aimerais pouvoir t’expliquer
avec précision ce que je ressens mais je trouve pas un seul mot dans ce fichu dictionnaire qui décrive ce
stade entre l’« affection » et l’« amour ». Pourtant, il faut que je trouve. Je veux te le dire.
M’attirant contre lui, il me couvre de petits bisous très brefs, reculant à chaque fois pour voir ma
réaction.
— Dis quelque chose, implore-t-il.
En croisant son regard angoissé, pour la première fois depuis notre rencontre… je crois que je le
comprends. Entièrement. En réalité, s’il a toutes ces réactions, ce n’est pas à cause d’une personnalité
complexe, non ; Dean Holder n’a qu’une seule facette.
C’est un passionné.
Un passionné de la vie, de l’amour, des mots, de Less. Et je parie que sans le savoir, il vient de
m’ajouter à la liste. L’intensité qu’il dégage n’est pas dérangeante… elle est merveilleuse. Pendant des
années, à la moindre occasion, j’ai cherché à rester insensible. Mais en lisant l’enthousiasme dans ses
yeux à cet instant, j’ai envie de ressentir toutes les émotions de la vie : les bonnes comme les mauvaises,
les moments de grâce et de disgrâce, les plaisirs et les souffrances. J’ai envie de tout ça. Comme lui, je
veux désormais vivre chaque expérience de la vie à fond. Et pour commencer, je vais déjà répondre à ce
garçon face à moi, qui me parle à coeur ouvert, cherchant le mot juste pour m’aider à redonner du sens à
mon existence et à me sentir plus…
Vivante.
Le mot m’apparaît soudain comme une évidence, comme s’il avait toujours été là en filigrane entre
« affection » et « amour » dans les pages du dictionnaire.
— Vivant.
Le désespoir dans ses yeux s’estompe légèrement tandis qu’il laisse échapper un petit rire interloqué.
— Quoi, vivant ? répète-t-il étonné en rentrant le menton.
— Plus qu’attaché mais pas tout à fait amoureux, tu te sens vivant. Tu peux utiliser le verbe vivre, si
tu veux.
Riant encore, cette fois d’un air totalement apaisé, il me prend dans ses bras pour m’embrasser et
souffle sur mes lèvres :
— Si tu savais comme je te vis, Sky.

Je trouve ça trop mignon et à partir de là à chaque fois qu'ils voudront se dire "je t'aime", ils se diront "j'te vis"   yeux qui brillent.

Je vous en donne un dernier et après j'arrête promis. 
Là ils sont en train de faire l'amour après tant de malheurs ils ont besoin l'un de l'autre.


Il pose une main sur ma joue en continuant de piloter mon bassin de l’autre.
— Tu connais mes sentiments pour toi, souffle-t-il. Tu sais que je t’aime et que je ferais tout ce qui
est en mon pouvoir pour effacer tes souffrances, n’est-ce pas ?
Je hoche la tête : oui, je le sais. Et quand je le regarde, là, et que je vois ses yeux débordants de
sincérité, je comprends que ses sentiments pour moi remontent à loin, bien avant aujourd’hui.
— Si tu savais comme j’ai besoin de ton amour, Sky. J’ai besoin de savoir que tu ressens la même
chose pour moi.
Son être tout entier se crispe. Je ferais n’importe quoi pour le rassurer. Je rassemble mon courage.
Joignant nos mains, je les pose sur mon coeur pour lui prouver que je l’aime d’une force tout aussi inouïe.
Tout en le regardant droit dans les yeux, je me soulève un peu et redescends lentement sur lui.
Il gémit bruyamment puis ferme les yeux en renversant la tête en arrière.
— Ouvre les yeux, je dis à voix basse. Regarde-moi.
Il relève la tête, les paupières mi-closes. Je continue à mener la danse, animée par l’unique volonté
de lui faire entendre, sentir et voir combien il compte pour moi. La sensation procurée par le fait d’être
aux commandes est totalement différente, mais en bien. Le regard qu’il pose sur moi me donne
l’impression d’être désirée comme personne ne l’a jamais été. Dans un sens, il me donne le sentiment
d’être indispensable, comme si ma seule existence était essentielle à sa survie.
— Ne détourne plus jamais les yeux, j’ajoute en me soulevant tout doucement.
Lorsque je m’abaisse de nouveau sur lui, la sensation est si intense qu’elle m’arrache un petit
gémissement. Son regard tourmenté ne me quitte pas un seul instant. Mon corps se met à refléter les
mouvements cadencés du sien sans que j’aie besoin qu’il me guide.
— Tu sais, la première fois que tu m’as embrassée ? Ce moment où tes lèvres se sont posées sur les
miennes ? Cette nuit-là, tu as ravi une part de mon coeur.
Je continue à osciller sous son regard brûlant.
— La première fois que tu as dit que tu me vivais parce que tu n’étais pas encore prêt à dire que tu
m’aimais ?
Je presse ma main plus fort sur sa poitrine et m’abaisse davantage pour qu’il me sente tout entière.
— Ces mots-là m’ont conquise un peu plus.
Il desserre nos poings calés contre mon coeur pour poser la main à plat sur ma peau. J’en fais de
même avec lui.
— Le soir où j’ai découvert que j’étais Hope ? Je t’ai dit que je voulais rester seule dans ma chambre
mais quand je me suis réveillée et que je t’ai vu à côté de moi dans le lit, j’ai eu envie de fondre en
larmes. Ça m’a bouleversée : j’avais vraiment besoin de toi à ce moment-là, et tu étais là. Dès cet instant,
j’ai su que j’étais amoureuse de toi. J’aimais ta façon de m’aimer. Et lorsque tu m’as prise dans tes bras,
j’ai compris que quelle que soit la tournure que prendrait ma vie, c’était avec toi que je voulais la passer.
Cette nuit-là, tu as conquis un morceau gigantesque de mon coeur.
Je me penche pour l’embrasser avec tendresse. Il ferme les yeux et renverse doucement la tête contre
le lit.—
Garde les yeux ouverts, je chuchote en m’écartant de sa bouche.
Il les rouvre en me contemplant d’un air solennel qui me touche en plein coeur.
— Il faut que tu les gardes ouverts… car je veux que tu me voies t’offrir le tout dernier morceau de
mon coeur.
Il relâche lentement son souffle et j’ai l’impression de voir littéralement ses souffrances s’envoler. Il
serre mes mains contre lui, la lueur dans ses yeux passe immédiatement d’un désespoir violent à un désir
fougueux. Il se remet à accompagner mes mouvements tandis qu’on se regarde fixement. Nos deux êtres se
fondent l’un dans l’autre à mesure que nos corps, nos gestes et nos regards expriment en silence ce que
les mots ne peuvent traduire.
On garde cette cadence complice jusqu’à la dernière seconde, alors qu’il est saisi par les frissons qui
succèdent à sa délivrance. Alors que je sens son pouls se calmer un peu, il me lâche pour m’agripper la
nuque et m’embrasse avec une passion implacable, puis il m’allonge par terre sur le dos, reprenant
l’ascendant sur moi, et m’embrasse encore avec abandon.
On passe le reste de la nuit à se déclarer mutuellement notre amour sans prononcer la moindre parole.
Lorsque l’épuisement a enfin raison de nous, je m’assoupis, bercée par un sentiment d’émerveillement.
On vient de se livrer corps et âme l’un à l’autre. Jamais je ne me serais crue capable d’avoir un jour
assez confiance en un homme pour lui ouvrir mon coeur, et encore moins pour le lui offrir sans réserve.
Est-ce que ça ne fait pas palpiter votre petit cœur!!!!!!!! 
Je sais que Zazazoo a dis de ne pas mettre des extraits d'une demi-page alors pardon mais c'est trop beau .
avatar
betty boop
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 513
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 43
Localisation : dans mes rêves en Ecosse
Humeur : je profite de tout ce que la vie me donne, surtout des livres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  Bidoulolo le Mar 18 Nov 2014 - 17:35

Aaaa Betty Boop c'est trop beaaauuuuu!!!!!

Il semblerait que tu ais apprécié la lecture, j'en suis ravie j'ai tellement aimé ce roman!!!

_________________
"Je suis l'équilibre de son déséquilibre.
Il est le courage de ma peur."
avatar
Bidoulolo
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 2223
Date d'inscription : 10/05/2014
Age : 30
Localisation : Rouen
Humeur : Rêveuse, à chaque page tournée.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  betty boop le Mar 18 Nov 2014 - 18:11

ohhh oui j'ai adoré, merci ma petite puce  .
avatar
betty boop
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 513
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 43
Localisation : dans mes rêves en Ecosse
Humeur : je profite de tout ce que la vie me donne, surtout des livres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  EmilieJolie le Mar 18 Nov 2014 - 19:39

Magnifique Teaser les filles!
J'ai hâte de découvrir le Uncharted, mais pour ça je vais devoir attendre une traduction, Crying or Very sad car l'anglais et moi sommes de vagues connaissances...  
Et Hopeless a été un énorme coup de coeur Evalluation , ce livre est juste superbe, j'ai en des frissons, rien qu'en lisant tes quelques passages betty boop yeux qui brillent
avatar
EmilieJolie
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 1059
Date d'inscription : 22/04/2014
Age : 35
Localisation : Dans les Ardennes Belge
Humeur : Ne jamais regarder en arrière...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  marissa le Mar 18 Nov 2014 - 19:56

@ninou-lilou a écrit:
[Contexte: après avoir dévoilé toute son histoire, Owen propose à T.J. de l'accompagner sur l'île. Tout d'abord T.J. refuse mais...]

— I know you want to go back to the island with Owen, she says.
I open my mouth to protest, but she shakes her head.
— I know you better than anyone I’ve ever known. I could see it on your face, T.J.
She’s absolutely right. I do want to go. And this time I want to arrive and leave under my own power, not be plunged into the ocean or blown off the beach. I want to stand on that sand and know that I’m there on my terms. I want to know that while I’m there, Anna and the kids are safe at home, waiting for me.
— Not one thing was by choice when we were there, I say. I would like to stand on that beach and know that I’m the one who’s in control this time.
— You know I would never hold you back from doing something you wanted to do, she says. I think you should go with Owen.
— You hate that island, I counter.
— I do, she says. I hate that such a beautiful, breathtaking place almost killed us. But without it I wouldn’t have you. And if you want to go back, then go. You have my blessing.
I nod my head, thinking as I often do that she is the most remarkable person I’ve ever known.


Traduction perso Wink:
— Je sais que tu veux retourner sur l'île avec Owen, dit-elle.
J'ouvre la bouche pour protester, mais elle secoue la tête.
— Je te connais mieux que je n'ai jamais connu personne. Je peux le voir sur ton visage, T.J.
Elle a absolument raison. Je veux vraiment y aller. Et cette fois je veux arriver et partir de ma propre volonté, pas être plongé dans l'océan ou soufflé de la plage. Je veux être debout sur ce sable et savoir que je suis là à mes conditions. Je veux savoir que pendant que je suis là, Anna et les enfants sont en sécurité à la maison, m'attendant.
— Pas une chose n'était par choix quand nous étions là-bas, dis-je. J'aimerais être debout sur cette plage et savoir que je suis celui qui contrôle cette fois.
— Tu sais que je ne t'empêcherai jamais de faire quelque chose que tu veux faire, dit-elle. Je pense que tu devrais aller avec Owen.
— Tu détestes cette île, contrai-je.
— Oui, dit-elle. Je déteste cet endroit si beau, à couper le souffle, qui nous a presque tué. Mais sans elle je ne t'aurais pas eu toi. Et si tu veux y retourner, alors vas-y. Tu as ma bénédiction.
Je fais un signe de la tête, pensant comme souvent je le fais qu'elle est la personne
la plus remarquable que j'ai jamais connu.
Ooh je les aime tellement   bulle  J'ai hâte de lire ton avis Ninou, il me tente bcp!
avatar
marissa
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 6590
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  marissa le Mar 18 Nov 2014 - 20:10

Je vous mets un extrait de mon récent énorme coup de cœur, Nine minutes de Beth Flynn:






I stood over him.
“Since when do you like Seals & Crofts?”
 “Don’t,” he said, his eyes still closed.
 “Then why are you listening to them?”
 “Because you love them and I love you and I missed you.”
Did he just say he loved me? My heart thudded.
 Grizz opened his eyes then and looked at me.
 “Does that surprise you, Kit?” His green eyes were warm. “That I’m in love with you?”
I didn’t know what to say. Even after last year’s explanation of the reason behind his obsession with me, I’d never heard him talk about love.
So I did the only thing I could think of. I pulled the recliner—and him—into an upright position. Then I sat down on his lap and wrapped my arms around him.
 “I love you too, Grizz,” I said.
  And I meant it.
It was probably more of a shock to me than to him.
 He kissed me then. “Can you do me a favor, baby?”
 “Yes, Grizz, anything.” I answered him, smiling. I knew what he was going to ask for, and I was willing. “I have a bad headache. Can you get me some aspirin?”
 I pulled back and looked at him, surprised. “Sure.”
      “What’s wrong?” I said, returning with aspirin and some water. “Have you been in the sun or something too long? You never get headaches.”
      “Nah. I think it’s from listening to your music.

ça se passe de mots...
Je vais pas m'en remettre de cette lecture, j'ai toujours le cœur qui se serre quand je relis des passages Sad
avatar
marissa
Impératrice des passions
Impératrice des passions

Messages : 6590
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  Laenic le Mar 18 Nov 2014 - 20:19

Voici deux extraits de Playing for Keeps de RL Mathewson 


Voici la technique d'Haley pour repousser une gars un peu trop pressant :

You’re gay?” the obnoxious guy who’d been sniffing around her and bugging the heck out of her in line for the past ten minutes repeated. “Are you sure?”
Yes, I’m sure.” (...)

He looked thoughtful for a moment. “Well, do you think the two of you would want to-“

“No,” she said firmly.

“But what if I-“

“No.”

“Come on, you won’t let me finish. I have this camera-“

“No.”

“It would be fun-“

No.”

“But what if-“

“She said no,” Jason said as he cut in line and threw his arm around her shoulders in that lazy way of his.

“Hey! I thought you said you were gay!” the man said accusingly.

Without missing a beat Jason said, “She is. I’m just her bitch.”

Sinon il y'a la technique de Jason pour repousser son pote intéressé par Haley

"Just....just make sure she takes her medication and you should be safe, I mean fine." Jason quickly walked away before he burst into laughter at his friend's horrified expression.

Smile Smile

_________________
avatar
Laenic
Lady Modératrice Junkiebook
Lady Modératrice Junkiebook

Messages : 3262
Date d'inscription : 08/04/2013
Age : 35
Localisation : Entre deux livres
Humeur : Heureuse...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  EmilieJolie le Mar 18 Nov 2014 - 20:25



Le Chemin De L'Acception de KC Burn.


Davy lui donna une rapide étreinte, trop rapide pour que Kurt ait même le temps de se raidir ou de s’inquiéter de sa réaction. Il n’y avait aucune déception dans les yeux bruns de Davy ou dans son large sourire, ce qui le fit lui sourire en retour. Au moins, cette étape était passée.

— Qui est ce beau mec ? Et est-ce que je peux l’avoir ?

La rougeur de Kurt revint en un éclair. Il ne s’était pas attendu à ce que les mecs présents lui fassent du plat. Un petit blond s’approcha de lui, dans une pause décontractée de manière à ce que ses hanches soient mises en avant de façon suggestive.

— Tais-toi, Rick. C’est Kurt. Tu ne peux pas l’avoir, dit Davy.

— Oh, est-ce que tu le revendiques ?

Les mots sensuels furent accompagnés d’une petite caresse de la main, le long de l’avant-bras de Kurt.

Quelqu’un allait devoir baisser la température ou ouvrir une fenêtre, parce que maintenant, Davy et lui étaient tous les deux en train de rougir.

— Rick, il est hétéro ! protesta Davy.

Jon éclata de rire, les deux mains sur le ventre.

— Non, dis-moi que ce n’est pas vrai !

Rick continua de caresser son bras. La sensation était bizarre parce que Rick était bien un homme ; il n’y avait aucun doute sur le fait que cette caresse soit prodiguée par la main d’un homme, mais la taille de ce dernier, sa minceur et son tee-shirt pourpre et brillant rappelèrent beaucoup à Kurt les nombreuses filles avec lesquelles il était sorti.

— Désolé, Rick.

— Et ses frères ? Est-ce que tu as des frères, Kurt ?

— J’ai des frères, mais aucun n’est gay.
avatar
EmilieJolie
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 1059
Date d'inscription : 22/04/2014
Age : 35
Localisation : Dans les Ardennes Belge
Humeur : Ne jamais regarder en arrière...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Teaser Tuesday #110

Message  ninou-lilou le Mar 18 Nov 2014 - 20:25

J'aime beaucoup ton extrait marissa  bulle

@marissa a écrit:
@ninou-lilou a écrit:
Spoiler:
[Contexte: après avoir dévoilé toute son histoire, Owen propose à T.J. de l'accompagner sur l'île. Tout d'abord T.J. refuse mais...]

— I know you want to go back to the island with Owen, she says.
I open my mouth to protest, but she shakes her head.
— I know you better than anyone I’ve ever known. I could see it on your face, T.J.
She’s absolutely right. I do want to go. And this time I want to arrive and leave under my own power, not be plunged into the ocean or blown off the beach. I want to stand on that sand and know that I’m there on my terms. I want to know that while I’m there, Anna and the kids are safe at home, waiting for me.
— Not one thing was by choice when we were there, I say. I would like to stand on that beach and know that I’m the one who’s in control this time.
— You know I would never hold you back from doing something you wanted to do, she says. I think you should go with Owen.
— You hate that island, I counter.
— I do, she says. I hate that such a beautiful, breathtaking place almost killed us. But without it I wouldn’t have you. And if you want to go back, then go. You have my blessing.
I nod my head, thinking as I often do that she is the most remarkable person I’ve ever known.


Traduction perso Wink:
— Je sais que tu veux retourner sur l'île avec Owen, dit-elle.
J'ouvre la bouche pour protester, mais elle secoue la tête.
— Je te connais mieux que je n'ai jamais connu personne. Je peux le voir sur ton visage, T.J.
Elle a absolument raison. Je veux vraiment y aller. Et cette fois je veux arriver et partir de ma propre volonté, pas être plongé dans l'océan ou soufflé de la plage. Je veux être debout sur ce sable et savoir que je suis là à mes conditions. Je veux savoir que pendant que je suis là, Anna et les enfants sont en sécurité à la maison, m'attendant.
— Pas une chose n'était par choix quand nous étions là-bas, dis-je. J'aimerais être debout sur cette plage et savoir que je suis celui qui contrôle cette fois.
— Tu sais que je ne t'empêcherai jamais de faire quelque chose que tu veux faire, dit-elle. Je pense que tu devrais aller avec Owen.
— Tu détestes cette île, contrai-je.
— Oui, dit-elle. Je déteste cet endroit si beau, à couper le souffle, qui nous a presque tué. Mais sans elle je ne t'aurais pas eu toi. Et si tu veux y retourner, alors vas-y. Tu as ma bénédiction.
Je fais un signe de la tête, pensant comme souvent je le fais qu'elle est la personne
la plus remarquable que j'ai jamais connu.
Ooh je les aime tellement   bulle  J'ai hâte de lire ton avis Ninou, il me tente bcp!

Il est Wink
avatar
ninou-lilou
Chroniqueuse mondaine
Chroniqueuse mondaine

Messages : 9873
Date d'inscription : 12/09/2010
Humeur : “You take care of my cop, body and soul.”

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum