Elizabeth Moon – La résistante (SF)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elizabeth Moon – La résistante (SF)

Message  Seska le Mar 14 Fév 2012 - 18:09



Elizabeth Moon – La résistante
Dans un futur lointain, parce que la colonie n°3245-12 n’a pas satisfait les quotas de production attendus, elle est transférée sur une autre planète. Ofélia un membre de cette colonie, âgée de 70 ans, ne veut pas partir. Elle est fatiguée de sa famille et de son entourage qui ne voient en elle qu’un élément non productif de la société. Le jour prévu pour l’évacuation elle se cache. Là voilà deux seule et libre de mener la vie qu’elle souhaite. Seule ? C’est ce qu’elle croit. De terribles évènements en feront, malgré elle, la représentante de l’humanité lors d’un contact avec des extraterrestres autochtones. Et là où des scientifiques imbus de leurs connaissances et des jeunes arrogants pétris de certitudes échoueront, sa sagesse et son bon sens feront des miracles.

Mon avis :
Je ne sais pas trop pourquoi j’ai pris ce livre à la bibliothèque, la couverture n’est vraiment pas engageante, (même moche !) et le résumé sur le coup ne pas plus emballé que ça, mais l’auteur me plait, donc pourquoi pas ? Et là ce fut un grand moment de bonheur !
Dans le futur. Les planètes sont colonisées par des grands groupes économiques, et les colons sont transférables de planètes en planète selon les besoins de ces différents grands groupes. Quand la colonie ne donne pas de production satisfaisante, les colons travaillant pour le grand groupe économique les ayant installé sur cette planète sont priés de remballer leurs affaires et, sans leur demander leur avis, sont transférés sur une autre planète ou les cotas de productions pourront être respectés (ainsi que les bénéfices…).
Ofélia est un colon ( ? existe-t-il un féminin ? perso je ne connais pas:?: ) de première génération. Elle est arrivée il y a bien des années avec mari et enfants. Aujourd’hui elle a 70 ans, et elle est fatiguée. Fatiguée de cette vie où elle doit constamment respecter les règles de société et… de son fils. Le « petit dernier », son mari et ses autres enfants sont morts sur cette planète. On comprend rapidement qu’Ofélia ne s’entend pas avec son dernier enfant, qui dès le début il a été individualiste, égoïste et méprisant. Son enfance a elle n’a pas été non plus facile, là encore elle a du laisser l’école (ou elle avait de bons résultats) sur décision de son père, elle a aimé et perdu un homme et s’est marié avec un autre qui visiblement n’était pas un bon époux. Toute sa vie elle a du obéir, aux règles de la société, à son père, mari, et enfin fils ! Résultat elle en a marre ! De plus, elle sait bien qu’être mis en hibernation à son âge est très risqué. Et pourquoi ? Pour aller dans un endroit avec des gens qu’elle n’a plus envie, force ( ?) de fréquenter et qui parce qu’elle est âgé ont tendance à la mépriser ?
Elle décide donc de se cacher et de rester. Elle sait bien que la compagnie va laisser du matériel et des animaux (trop couteux à remballer ), sa survie est donc assurée.
Et tout ce passe bien ! Elle vit enfin une vie calme, et fait ce qu’elle veut comme elle veut, elle s’habille (certains de ces habits sont assez drôle d’ailleurs), ou pas… comme elle le veut, mange ce qu’elle veut. Certes elle a quelques obligations envers les animaux et les plantations dont elle a choisit de s’occuper, mais seulement parce qu’elle le souhaite !
Nous avons quelques chapitres où notre héroïne joue les Robinson, mais Robinson des temps modernes, avec maison, machines permettant de cultiver et transformant les rebus en tissus ou autre objets de nécessité. Nous la voyons donc apprendre à vivre seule et apprendre à différencier ce qu’elle aime de ce qu’elle est obligée (ou a été obligée) de faire. En somme elle apprend à se connaître vraiment.
Mais voilà, bientôt de nouveaux colons (d’une autre compagnie) débarquent, à un endroit plus éloigné de celui de la colonie initiale…. Et sont immédiatement massacrés ! C’est ainsi que nous découvrons qu’il existe sur cette planète une vie « extra terrestre », vie plutôt évolué (même si pas vraiment dans nos critères). Ils ne sont pas plus belliqueux que ça, mais le vaisseau des nouveaux colons a atterrit sur un « nid » où ils gardaient leur petits tuant ces derniers.
Après ce massacre, ce peuple cherche à rencontrer les « autres » pour essayer de comprendre pourquoi leurs petits ont été massacrés malgré le fait que les adultes aient prévenu le vaisseau. Etait ce délibéré où bien ne parlent ils pas le même langage ?. Plutôt que la vengeance aveugle, ils partent à la recherche de ces « autres » pour essayer des connaître et de les comprendre. Ils iront donc à la rencontre de la seule humaine de la planète : Ophélia.
La confrontation et les chapitres suivants où le groupe envoyé en « reconnaissance » et Ophélia apprennent à se connaître est assez amusante. Après un moment d’appréhension (faut la comprendre ils sont tout de même morphologiquement très différents des humains et assez imposants:o ) Ophélia leur met vite des frontières à ce qu’ils peuvent faire et affirme son autorité (c’est qu’ils sont curieux de tout !). Ce qu’elle ne sait pas, c’est que ces êtres ont pour habitude de donner à garder et élever leurs petits aux anciens reconnus pour leurs connaissances et sagesse. Elle est donc, sans le savoir, considérée comme une « mère adoptive » (désolée je n’ai pas le terme en tête). Or un des membres du groupe attend des petits… Vous voyez la suite ? Bien !
Petit problème, la deuxième compagnie n’a pas apprécié de voir ces colons disparaître ainsi (ben oui, c’est de l’argent perdu tout de même !) et elle envoie alors une expédition composée d’un tas d’experts pour essayer de comprendre pourquoi cela est arrivé, où est le danger et ce qu’on peut faire pour y remédier…
Le rythme de ce roman est lent certes mais pas ennuyeux, on apprend à connaitre Ophélia, ainsi que les extra terrestres. L’ambiance est plutôt calme (sauf à quelques moments comme le massacre…) ; peu à peu Ophélia et les locaux apprennent à se connaître, et à « parler » ensemble et même à s’apprécier. Si Ophélia n’est pas enchantée au tout début de jouer le rôle que ses nouveaux « amis » veulent qu’elle endosse, celui de mère adoptive, de celle qui éduque, elle va rapidement s’y adapter et être le lien entre eux est les humains. Car ce rôle va lui apporter ce qui lui a manqué toute sa vie : le respect et un amour désintéressé.
J’ai adoré ce roman qui parle de la tolérance envers la « différence » et de son acceptation, de la sagesse des anciens que l’on a trop tendance à mépriser, de la maladresse ou mépris des jeunes qui pensent tout savoir, de la technologie qui ne résout pas tout mais qui utilisée intelligemment peut être une aide formidable.
Le fait d’avoir une héroïne si « commune », sans rien de véritablement spécial m’a tout compte fait plu également, non seulement elle est âgée, mais aussi percluse de rhumatismes (ce qui change de toutes ces héroïnes fortes et en bonne santé). J’ai aimé aussi le fait de lire les pensées et avis des extra terrestres ce qui est parfois amusant car nous avons d’un côté Ophélia et ce qu’elle pense et de l’autre ce que pensent les « locaux ».
Il y a aussi dans ce roman, ce bon vieux sentiment humain (non pas chez Ophélia mais chez certains membres de l’expédition) de supériorité. Supériorité envers une vieille femme qui n’a pas de diplômes et qui évidemment d’après les experts, ne peut pas comprendre les extra terrestres comme eux le peuvent (le fait qu’elle les fréquente depuis un certain temps n’entre évidement pas en ligne de compte…) ; supériorité aussi envers ces « indigènes » puisque ces derniers ne connaissent pas la technologie… On a l’impression de lire un roman sur les européens entrer en contact avec les amérindiens, heureusement la fin elle est totalement différente ! Une fin douce, qui va très bien avec le roman.
Pour celles qui veulent se changer les idées avec un livre de SF facile à lire, sans aucun romantisme mais avec beaucoup de douceur.Wink

Seska
Reine de la saison
Reine de la saison

Messages : 685
Date d'inscription : 03/10/2011
Age : 46
Localisation : France
Humeur : Variable

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum